bandeau Hero Presse
  • Liste des actualités

Se réorienter en mars grâce à la rentrée décalée SPID’ESTACA

7

L’orientation post-bac est un moment difficile pour certains étudiants qui ont du mal à se projeter dans la réalité des études dans lesquelles ils s’engagent. L’ESTACA offre une seconde chance aux étudiants qui se sont trompés dans leur choix de formation. Le programme SPID’ESTACA* donne l’opportunité de changer de filière dès le mois de mars, sans perdre une année.
Depuis 6 ans déjà, l’ESTACA facilite la réorientation d’étudiants issus d’une première année de prépa (Math Sup), d'école d'ingénieurs, de licence scientifique, de DUT ou de PACES et titulaires d’un bac scientifique. Plus de 120 étudiants ont bénéficié d’un cadre pédagogique privilégié avec des cours en effectifs limités (28 maximum), des professeurs dédiés et un suivi individualisé. 18 semaines de formation accélérée qui ont permis à 80% des étudiants d’intégrer directement la 2ème année du cursus en 5 ans sans perdre une année. La satisfaction des étudiants, quasi unanime, est le gage de la réussite de ce programme.

 

 

« Un rythme soutenu, voire intense mais des professeurs très présents pour encourager et motiver », Maxime, étudiante SPID en 2015

« En prépa ou en PACES, on est déjà habitué à travailler. », Alexis, étudiant SPID en 2017

« Les étudiants viennent tous d’horizons différents. C’est motivant de travailler tous ensemble. On partage nos méthodes de travail. Cela crée une véritable cohésion », Constance, étudiante SPID en 2017

Développer des sièges d’avion connectés en 5e année

zoom2

Des étudiants en 5ème année aéronautique, spécialisation Transports Connectés et Intelligents, travaillent sur un projet de sièges d’avions connectés avec l’entreprise Zodiac Aerospace Seats. Leader mondial d’équipements et systèmes aéronautiques pour avions commerciaux, régionaux, d’affaires ou d’hélicoptères, le Groupe Zodiac Aerospace, filiale de Safran, est un acteur majeur de la sécurité aéronautique et de la télétransmission. 

L’objectif du projet mené par les étudiants est de proposer un système de ceinture connectée pour des sièges d’avions afin de renforcer la sécurité passager et la maintenance prédictive. Le siège, muni de capteurs, devra pouvoir détecter si le passager est bien assis, si la ceinture est bien bouclée, tendue, non endommagée… Si ce n’est pas le cas, un message sera envoyé en cabine pour permettre au personnel de bord de réagir.

Les étudiants pourront tester leur système sur sièges en conditions réelles et présenteront une version démonstrateur pour fin janvier 2019 au département innovation de Zodiac Seats France. Ce système pourra être industrialisé à court terme afin d’équiper de futurs appareils.

Travailler dans l’aéronautique, un secteur dynamique et innovant

zoom

Le marché de l’aéronautique mondial se porte bien : les constructeurs pensent doubler leurs flottes d’ici à 2020, le trafic aérien ne cesse d’augmenter, les avions vieillissants doivent être remplacés, etc. Selon une étude récente réalisée par Teal Group et AeroDynamic, la France tire bien son épingle du jeu et reste numéro deux mondial derrière les Etats-Unis et devant la Chine. « En 2018, l'industrie aéronautique française devrait poursuivre sa croissance ininterrompue depuis 2009, notamment en recrutements, après une année 2017 "record" en termes d'activité, à 64 milliards d'euros (+6 %) », annonçait le président du Gifas (Groupement des Industries Françaises Aéronautiques et Spatiales).

Tous les enjeux d’avenir se portent sur la mutation du secteur et sa transformation numérique. L’innovation est au cœur des stratégies : réduction de l’empreinte environnementale des avions, allégement des appareils, réduction de la consommation de carburant ou encore hybridation des moteurs, développement et intégration des commandes électriques, etc.

Etre ingénieur dans l’aéronautique, c’est travailler à la conception ou à l’exploitation des aéronefs (avions, hélicoptères, ballons, drones) et des systèmes embarqués. Cela peut être assurer la conduite technique de programme de développement, réaliser des essais au sol ou en vol, développer les méthodes de production, optimiser les processus qualité, prospecter et négocier les contrats.

 

Les étudiants ESTACA en aéronautique sont formés pour ça. Ils intègrent la filière aéronautique dès la deuxième année du cursus en 5 ans et acquièrent une connaissance approfondie du secteur pendant 4 ans. 12 mois de stages et une période à l’international viennent consolider leurs compétences et leur projet professionnel. Les entreprises partenaires le disent,  ils les apprécient car ils sont parfaitement opérationnels à la sortie de l’Ecole. D’où l’intérêt que portent les industriels aux diplômés ESTACA et l’excellent taux de placement constaté : ils sont tous en activité dans les 2 mois qui suivent la fin de leurs études (enquête CGE 2018).

Alors, si l’aéronautique est le secteur que vous rêvez d’intégrer, l’ESTACA vous aidera à déployer vos ailes.

Le marché de l’emploi toujours favorable aux diplômés ESTACA

emploi2L’attractivité des ingénieurs ESTACA est toujours au beau fixe. Le taux d’embauche des jeunes ingénieurs est très bon avec 91% d’entre eux qui sont en activité avant la remise des diplômes et 98% dans les 2 mois qui suivent celui-ci.

Le secteur des transports est toujours très porteur et les besoins d’ingénieurs sont importants et durables pour répondre aux défis de la mobilité de demain.

Les résultats de l’enquête 2018 réalisée dans le cadre de la Conférence des Grandes Ecoles (CGE) le confirment et révèlent une insertion professionnelle toujours très favorable pour les ingénieurs diplômés de l’ESTACA.

La promotion 2017 s’est rapidement intégrée sur le marché de l’emploi : 91% des diplômés était en activité avant la remise des diplômes et 98% ont trouvé dans les deux mois qui ont suivi. Ils obtiennent d’emblée des emplois stables, 91% sont embauchés en CDI et plus de 99% ont le statut cadre, avec une rémunération moyenne qui s’élève à 39 000€ (France et Etranger primes incluses).

La notoriété de l’Ecole à l’international se poursuit et les jeunes diplômés sont nombreux à trouver leur premier job à l’étranger : 20% profite de cette opportunité, soit deux fois plus que la moyenne des ingénieurs (10% en moyenne selon l’enquête).

Le premier et meilleur vecteur d’insertion professionnelle pour les ingénieurs diplômés est le stage de fin d’études, un tremplin vers l’emploi pour 49% d’entre eux.

Les débouchés des ingénieurs restent centrés sur les secteurs de spécialisation de l’ESTACA : 89% des diplômés ont trouvé un emploi dans les transports. La filière ferroviaire et transports guidés est toujours celle qui recrute le mieux. La totalité de la promotion a trouvé un emploi en moins d’un mois après la remise des diplômes. Nos partenaires dans ce secteur nous poussent à former encore davantage d’ingénieurs.

Les filles ESTACA à l’honneur sur le Mondial de l’Auto

mondial elles bougentPour cette 120ème édition, l’ESTACA était présente au Mondial de l’Auto 2018 à la Porte de Versailles à Paris. Le Mondial est l’un des rendez-vous majeursparmi les grands salons autos dans le monde. Cette édition fut riche en évènements qui ont mis les filles ESTACA à l’honneur.

Les entreprises du secteur auto ont besoin de développer la mixité dans leurs équipes car avec plus de femmes dans les équipes, un meilleur équilibre s’instaure et une plus grande efficacité est remarquée. Elles souhaitent donc développer le recrutement de femmes ingénieurs. Pour susciter des vocations et valoriser le rôle des femmes ingénieurs plusieurs évènements étaient organisés sur le Mondial. Les filles de l’ESTACA étaient bien sûr au rendez-vous :

 

 

 

Lancement du label Mondial Women

Mondial Women est un label fédérateur, associant les organisations qui participent à la promotion des femmes dans l’auto, la moto et la mobilité. Le 4 octobre au soir, un « talkshow » était organisé avec une douzaine de femmes inspirantes. Parmi elle, Sarah Cromer, étudiante en 4ème année à l’ESTACA. Retrouvez l’évènement sur : https://www.autoplus.fr/citroen/actualite/Mondial-Women-Paris-Conference-Video-Salon-Paris-2018-Auto-1531806.html (Intervention de Sarah Cromer à 2:05:24)


Evénement « Connected to mobility » Elles bougent

Elles bougent, l’association dont l’objectif est de transmettre la passion et de susciter des vocations chez les lycéennes a organisé une après-midi pour faire découvrir les métiers passionnants d’ingénieures et techniciennes. Cinq marraines étudiantes ESTACA, ont accompagné et guidé des jeunes lycéennes sur le salon pour leur donner envie de s’orienter vers des carrières scientifiques et techniques. Une conférence était organisée en fin de journée pour présenter différents parcours de femmes dans le monde de l’auto. Solenn Macé, étudiante en 5ème année et en alternance chez Bertrandt, est intervenue pour présenter son parcours à l’ESTACA.

Les rencontres FACE/Valeo

FACE, club d’entreprises de la collectivité de Saint-Quentin-en-Yvelines, membre du réseau national de la Fondation Agir Contre l’Exclusion, a pour mission de fédérer et d’accompagner les acteurs économiques dans leur engagement sociétal. Elle est spécifiquement engagée sur la sensibilisation des jeunes filles sur les métiers scientifiques. L’ESTACA collabore depuis deux ans avec FACE et cette année, un projet avec Valeo a été mis en place : des rencontres seront organisées chaque mois tout au long de l’année entre un trinôme salariée Valeo/étudiante Estaca /lycéenne le jeudi après-midi. La première rencontre se tient le jeudi 11 octobre sur le Mondial.