fbpx
bandeau Hero Presse
  • Liste des actualités

Construire une réplique volante d’un dirigeable datant de 1903

ACTU 2020 replique dirigeableUn projet accessible dès la 1e année


Une équipe d’étudiants de la 1e à la 4e année de l’association Flying west, travaille sur la réalisation et la construction d'une réplique volante d'un dirigeable de Santos-Dumont datant de 1903.
Entre 1898 et 1907, Alberto Santos-Dumont, pilote, scientifique et inventeur lança la fabrication d'une douzaine de dirigeables. Les étudiants de l’ESTACA avec l’aide d’un ingénieur passionné et de l’association Levita, se lancent dans la reconstruction du dirigeable n°9, aussi appelé « La Baladeuse ».


Une reconstruction de grande envergure


Le projet est déjà bien amorcé. Après avoir analysé de nombreuses archives (articles de presse, photos d’époque, visites de musées…), l’équipe a pu dimensionner les différents éléments du dirigeable en CAO (Conception Assistée par Ordinateur) puis construire la structure, la gouverne et l’hélice (3,2 mètre de diamètre).


Les étudiants s‘intéressent désormais à la toile. le dimensionnement du ballon arrivera en phase finale de la construction. Il sera de forme ovoïde dissymétrique, gonflé à l’hélium et devrait mesurer 15 mètres de long.


Quelques progrès appliqués sur la réplique du dirigeable datant de 1903


La réplique de Flying West sera muni d’un moteur électrique. Celui-ci est plus compact, moins bruyant et permet une meilleure maîtrise de la vitesse avec moins de vibration.
A travers ce projet, les étudiants développent leurs connaissances sur les particularités techniques du dirigeable mais aussi accroissent leurs compétences en organisation, rigueur, gestion de projet, communication…
Beaucoup de techniques restent à faire avec différents tests et réglages à effectuer avant le premier envol qui devrait avoir lieu à l’été 2021 avec un pilote à son bord.

Confinement saison 2 : une adaptation sereine à la nouvelle phase d’enseignement à distance

confinement 2 enseignement a distanceSuite aux recommandations du Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche pour faire face à la deuxième vague de la pandémie de COVID-19, l’ESTACA, a dû remettre en place ses enseignements 100% en ligne. La continuité pédagogique avait déjà montré son efficacité lors du premier confinement puisque dans l’enquête réalisée par l’Ecole en juin dernier auprès de tous ses étudiants, 87,1% des étudiants s’étaient dit satisfaits. Par ailleurs, lors des évaluations pédagogiques réalisées en début d’année 2020, l’Ecole a constaté un niveau d’acquisition de compétences supérieur à celui des années précédentes pour ses étudiants. L’Ecole a donc confiance pour cette seconde phase de confinement.

L’expérience du premier confinement a porté ses fruits

Les étudiants sont mieux préparés, ils se sont organisés à la fois pour suivre les cours et garder le contact entre eux. Les associations étudiantes ont par exemple développer un riche programme d’activités à distance pour maintenir la convivialité et la vie étudiante à distance. Les enseignants sont mieux rodés aux cours en ligne et ont adapté leurs pratiques pédagogiques aux outils déployés. L’Ecole avait mené une enquête sur l’ensemble des étudiants en juin pour évaluer l’impact du confinement et leur satisfaction sur les outils et méthodes déployés lors du premier confinement. Elle a pu capitaliser sur ces retours d’expérience et préparer cette seconde phase. Début septembre, l’établissement avait fait le choix d’une rentrée physique pour que les étudiants puissent se rencontrer, échanger entre eux, connaitre ou garder le lien avec leurs enseignants. Elle est ensuite passée par une phase hybride avec des cours en présentiel pour une partie des étudiants pendant que l’autre groupe suivait les mêmes enseignements en ligne. Enfin en accord avec les recommandations sanitaires actuelles, elle est passé en formation 100% distancielle depuis fin octobre.

Des investissements techniques permettant des conditions d’enseignement à distance optimales

L’ESTACA dispose d’un centre d’ingénierie pédagogique et d’évaluation, le CIPE, depuis 2018 qui avait notamment mis en place une plateforme d’apprentissage numérique, Open School. Cette plateforme couplée à l’outil Teams a permis de développer les classes virtuelles, de mettre en ligne des supports de cours et vidéos, de créer des groupes d’échanges, de faire des examens à distance, etc. L’enquête de satisfaction réalisée en juin 2020 par l’école montrait que 96,9% des étudiants étaient satisfaits de l’utilisation d’Open School. Dans un souci d’agilité accru, l’ESTACA a investi dans des systèmes de captation vidéo avec retransmission en direct des cours filmés dans les salles de cours, durant l’été. Elle a également doté les enseignants de tablettes graphiques servant de tableaux numériques très utiles pour les formules des cours scientifiques. Enfin davantage de logiciels spécialisés sont mis à la disposition des étudiants en ligne pour permettre notamment la réalisation des travaux pratiques numériques à distance (en modélisation ou électronique notamment).

La possibilité d’être présents sur site pour les enseignants et pour certains étudiants

Les enseignants continuent par ailleurs cette année à venir au sein des établissements pour réaliser leurs cours en visioconférence dans leur propre salle de cours. Les élèves qui rencontrent des difficultés informatiques à domicile peuvent également demander une autorisation exceptionnelle pour venir à l’Ecole. Les travaux pratiques expérimentaux nécessitant des moyens techniques et un accès aux laboratoires pourront également se tenir sur site ce semestre après autorisation spécifique du rectorat. Enfin l’Ecole espère pouvoir assurer les partiels de fin de semestre sur site également.

Quand un projet d’études sert pour porter secours aux sinistrés de la tempête Alex

TER solidaire tempete AlexAprès la tempête "Alex," grâce à la proposition de Marc Ciais, diplômé ESTACA et intervenant en filière Transports urbains, TER Sud-Provence-Alpes-Côte d’Azur a fait circuler des trains chargés d’eau potable et de vivres de Nice à Breil-sur-Roya. 

 

Du projet d’études de la filière ferroviaire…

« Comment transformer un train TER en train de marchandises, en considérant la charge maximale supportée par m2, et avec l’objectif que la masse totale de l’engin chargé soit égale à celle du train rempli de voyageurs ? »

. Tel est le projet que Marc Ciais, ingénieur SNCF dirigeant l'unité opérationnelle maintenance TER Azur et professeur à l’ESTACA avait proposé à ses étudiants il y a quelques années.


Ce type de projet d’études fait partie des nombreux projets académiques sur lesquels les étudiants travaillent tout au long de leur formation qui donnent lieu à des mises en application concrètes dans certains cas. La pédagogie par projet fait en effet partie de l’ADN de l’ESTACA. Dès les premières années de formation, l’Ecole favorise l’acquisition de compétences à travers ces projets proposés et encadrés par des intervenant de l’Ecole, par des partenaires industriels, par les laboratoires de l’Ecole, ou même par des étudiants dans le cadre des véhicules ou systèmes conçus et construits dans le cadre associatif. Mais les étudiants de la filière ferroviaire qui ont planché sur le sujet de la transformation d’un train de marchandise en train de fret n’avaient pas imaginé que leur étude serait un jour mise en œuvre en un temps record pour ravitailler des zones sinistrées du Sud de la France.


… à l’industrialisation par une équipe SNCF pour disposer d’un train de fret en 48h


Lorsqu’après la tempête Alex qui a touché le Var début octobre, Marc Ciais entend que la SNCF doit déployer des trains « solidaires » pour ravitailler en eau potable et denrées de première nécessité les populations coupées du reste du monde faute de route accessible, il pense immédiatement à ce projet sur lesquels des étudiants ont planché. Il propose de mettre en application l’étude réalisée par les étudiants et de transformer un TER classique en TER de fret pour acheminer e maximum de marchandises possible en sécurité jusqu’aux portes de la vallée de Roya. La solution a l’avantage de pouvoir être mise en œuvre rapidement, la rame «cargo» étant raccordée à une rame Voyageurs. Afin de créer les espaces nécessaires et augmenter ainsi la quantité de palettes embarquées, le plan d’action était le suivant : enlever et déplacer 60 sièges sur 170 ainsi que les porte-bagages et les parois vitrés intérieurs puis, poser plancher de protection était installé pour ne pas endommager la rame. L’équipe SNCF a ainsi pu rapidement déposer les aménagements intérieurs de quelques rames du TER et adapter les planchers pour le transport de palettes. Les équipes ont ainsi pu industrialiser un "TER solidaire" en 48 heures chrono.

Par cette implication solidaire et la prouesse technique, le TER ainsi adapté a pu embarquer l’équivalent de 25 palettes, à 12 tonnes de marchandises, chaque matin, jusqu’aux zones sinistrées.

Les étudiants ESTACA lauréats du prix Ingénierie du futur avec leur robot tortue

robot green turtleLe projet Green Turtle, premier robot-tortue inspiré du monde animal, porté par des étudiants ESTACA, vient de remporter le premier prix de la catégorie "Talent" du Prix de l'ingénierie du futur. Organisé depuis 2006, ce concours national distingue des projets réalisés par des étudiants d’écoles d’ingénieurs, d’universités ou de centre de formation en apprentissage qui ont imaginé des solutions scientifiques et technologiques pour répondre aux défis de demain. Cette année, les étudiants devaient proposer des innovations qui mettaient à profit les nouvelles technologies pour concevoir un monde plus durable.


Un robot inédit développé par les étudiants de l’association Wave avec vocation de dépolluer efficacement l’eau des ports


Son secret ? Une technologie de reconnaissance active des déchets sous-marins et une ergonomie adaptée au milieu maritime qui s'inspire de la nage des tortues. Une technologie prometteuse qui répond à un défi écologique majeur à l’heure où 5000 milliards de déchets plastiques flottent dans nos océans. Aujourd'hui développé en CAO (conception assistée par ordinateur), le prototype mesurera un mètre de long et deux mètres de large nageoires déployées.


Pister les déchets en milieu aquatique et de les collecter d'une manière intelligente, agile et économe en énergie


Par sa taille, le robot-tortue aura une capacité de collecte de 50 litres de déchets. Un système de sonar embarqué lui permet de détecter précisément les déchets, de les reconnaître afin d'aller les collecter, une fois identifiés, sans risque pour la faune environnante. Enfin, il les déposera dans un lieu spécifique et repartira après s’être rechargé sur un dock spécifique

Egalité femmes-hommes : sensibilisation des étudiants

atelier egalite femmes hommesDans le cadre de la sensibilisation à la lutte contre les discriminations, l’ESTACA a organisé en octobre en collaboration avec l’association étudiante RHEA (Rassemblement pour l’Humain, l’Environnement et l’Avenir) et les BDE des deux établissements des séances de sensibilisation sur la thématique du harcèlement et du sexisme. L’information et la prévention de tous sur ces sujets sont essentielles pour que chacun prenne conscience de paroles ou actes, qui peuvent paraitre anodins à certains mais sont blessants pour d’autres ou peuvent conduire à des dérapages.


Favoriser la prise de conscience, les échanges grâce au théâtre Forum


Afin que la lutte contre les discriminations ne reste pas qu’un principe théorique mais suscite une vraie prise de conscience, des actions concrètes de prévention ciblées sur la vie étudiante sont actuellement proposées à tous les étudiants de 1e année.  Pour la 2e année consécutive, ils bénéficient de séances de ‘théâtre-forum’ qui permettent de faire circuler la parole et d’initier le débat sur des faits de sociétés comme la discrimination et le harcèlement. Le principe des interventions menées par la compagnie Paroles-Arc en ciel est le suivant : des scénettes sont préparées en amont par des comédiens avec des étudiants ESTACA de 2e, 3e ou 4e année sur des problématiques choisies par eux et vécues pendant leurs études. Elles sont présentées aux élèves de 1ère année qui peuvent intervenir et interrompre le jeu pour prendre la place d’un comédien et proposer une solution. Ce principe du théâtre-forum permet une forte appropriation de la problématiques et une visualisation immédiate des enjeux en laissant une trace marquante dans l’esprit des étudiants


Des actions menées en collaboration avec RHEA, la nouvelle association dédiée à la responsabilité sociétale


Les BDE des campus de Laval et de Paris-Saclay sont mobilisés sur ces problématiques et ont participé à l’organisation de cette sensibilisation. Mais à Saint Quentin en Yvelines c’est aussi l’association RHEA (Rassemblement pour l’Humain, l’Environnement et l’Avenir) qui a été particulièrement active pour préparer les interventions avec les intervenants du théâtre Forum de la compagnie Arc en Ciel. Cette nouvelle association a pour vocation d’œuvrer pour un monde plus respectueux de l’humain et de l’environnement, en ayant comme première étape la connaissance et le respect de soi-même. Elle couvre trois axes : le développement durable, les causes sociétales (dont la lutte contre les discriminations) et le développement personnel. Elle œuvre auprès des autres associations de l’Ecole pour valoriser ces valeurs et voir comment les mettre en application mais aussi directement auprès des étudiants à travers l’organisation d’évènements. Ainsi avant le confinement, ils ont pu organiser un afterwork de marainage des nouvelles étudiantes à la rentrée et un « clean up day » organisée avec les collectivités locales pour sensibiliser sur la collecte et le tri des déchets. Des séances de sensibilisation sur la transition énergétique à travers la « Fresque du Climat » étaient prévue en novembre et seront reportées.

Flux d'actualités

feed-image Abonnez-vous