fbpx
bandeau Hero Presse
  • Liste des actualités

L’après crise : de nouvelles opportunités pour des mobilités propres et résilientes

president

Lettre ouverte du Président ESTACA

La situation économique qui fait suite à la crise sanitaire suscite nécessairement beaucoup de questions et d’inquiétude pour certains. Le marché est notamment fortement impacté dans l’aéronautique et l’automobile. Mais il est important de rappeler que le secteur des transports a déjà essuyé des crises et s’en est toujours relevé avec succès. L’ESTACA échange beaucoup avec ses partenaires industriels et suit de près l’évolution des besoins de compétences et les perspectives à venir. L’école prévoit déjà des dispositifs d’accompagnement des diplômés qui vont entrer sur le marché du travail en 2020 et en 2021. Elle regarde aussi à plus long terme, pour évaluer la conjecture pour les plus jeunes qui intégreront l’Ecole prochainement. Pour eux, les perspectives d’emploi restent favorables car la crise actuelle révèle aussi des besoins émergents pour de nouvelles technologies ou de nouveaux usages, sur lesquels les prochaines générations d’ingénieurs devront travailler.

 La proximité avec les entreprises fait partie de l’ADN de l’ESTACA. L’école évalue avec ses partenaires, les métiers et secteurs qui seront impactés, ceux qui au contraire vont continuer à recruter des ingénieurs et ceux aussi qui vont connaitre de nouveaux besoins. Un dispositif d’accompagnement des jeunes diplômés 2020 sera proposé tout comme une évolution de la formation en fonction des besoins recueillis. Les échanges constants que l’ESTACA entretient avec le monde professionnel et son expérience des crises passées (crise automobile de 2008 par exemple), lui permettent d’envisager un avenir serein pour les jeunes qui intègrent l’ESTACA aujourd’hui et feront leur entrée sur le marché de l’emploi dans 4, 5 ou 6 ans selon leur niveau d’intégration.  

Le cursus ESTACA, ses projets, ses laboratoires de recherche sont tournés vers les thématiques de l’économie d’énergie, l’amélioration de la qualité de l’air, les nouvelles énergies (hydrogène par exemple), l’allégement par l’utilisation de matériaux écologiques et intelligents, les systèmes autonomes et connectés, le numérique, etc. Les ingénieurs qu’elle forme sont ainsi parfaitement préparés aux nouvelles perspectives d’emploi qui se dessinent dans la filière transport à court et à long terme. 

Quels que soient les secteurs, le besoin de mobilité reste essentiel, et même si les contraintes et les besoins évoluent, la filière transports va continuer à se développer. Tous les secteurs ne sont pas impactés de la même manière par la crise. Dans le domaine du ferroviaire et des transports guidés, par exemple Alstom, fabricant de trains, trams et métros, ne constate pas de baisse de commandes. Des projets d’appels d’offres ont pu être décalés, mais « aucun client n’a demandé de retarder les livraisons » a récemment déclaré son PDG Henri Poupart-Lafarge. Pour lui, la situation actuelle va profiter au matériel ferroviaire, la crise « va renforcer la conscience environnementale », donc l’appétit pour les mobilités propres, a-t-il expliqué. Et l’entreprise travaille par exemple à court terme, à la conception de nouvelles « barres de maintien antibactériennes » pour les métros, trams et trains. De même, la SNCF est en échange constant avec l’ESTACA et a confirmé de forts besoins d’ingénieurs dans les mois qui viennent.

Dans des secteurs impactés à court terme, comme celui de l’automobile, les perspectives à moyen terme restent favorables pour les ingénieurs préparés à accompagner l’évolution de la filière. Le plan dévoilé par le gouvernement le 26 mai dernier prévoit par exemple une subvention de 200 millions d’euros pour aider la digitalisation, la robotisation et la transformation écologique de la filière ; par ailleurs 150 millions seront dédiés à l’effort de recherche des entreprises du secteur. Les futurs ingénieurs ESTACA, qui en grande partie, occupent à la sortie de l’école, des fonctions liées à la Recherche & au Développement bénéficieront inévitablement des investissements qui vont être faits pour faire évoluer le secteur automobile.

Dans les secteurs aéronautique et spatial, toute la filière n’est pas impactée pareillement. Le domaine spatial a moins subi la crise car ses projets se déroulent sur des cycles longs. L’aviation d’Etat (militaire ou sécurité civile par exemple) ne diminue pas son activité. Le domaine des hélicoptères, celui de l’aviation d’affaire ou encore celui des drones, sont également moins touchés que l’aviation commerciale. Si les poids économiques respectifs ne sont pas équivalents, la dualité du secteur est un atout pour mieux traverser la crise. Par ailleurs, la crise va aussi accélérer les besoins de compétences pour accompagner la transition écologique et numérique de la filière. La nécessité de réduire les coûts d’exploitation mais aussi de limiter les émissions de gaz à effet de serre, imposent des modifications importantes dans la conception et l’architecture des avions et hélicoptères. Ces ruptures technologiques requièrent de nouvelles compétences dans la gestion de l’énergie à bord, l’efficacité de la propulsion et l’allègement des structures. L’introduction de technologies numériques nouvelles, notamment dans le domaine de la maintenance est aussi essentielle. La formation ESTACA est déjà largement orientée sur ces enjeux. `

Enfin, il faut rappeler que les enjeux et les connaissances acquises au sein de l’ESTACA sont pour l’essentiel transverses à tous les métiers de l’ingénierie. Le diplôme est très reconnu dans la filière transport, mais pas seulement. De nombreux alumnis engagent leur carrière vers d’autres voies. Les perspectives d’emploi d’un diplômé restent donc très ouvertes.

Ludovic Busson, Président ESTACA

Saar-e by ESTACA, un nouveau projet de véhicule électrique

Saare

Les étudiants du projet Saar-e by ESTACA (Student Automotive Association Rally-Electric) de l’association ITD formeront la première équipe d’étudiants à emmener une voiture électrique sur l’Africa Eco Race. Ce rallye est une course annuelle qui relie Monaco à Dakar en une vingtaine de jours. Les étudiants ESTACA seront engagés dans la catégorie expérimentale regroupant les véhicules hybrides, électriques et écologiques. 

L’objectif est de développer un véhicule off road, conforme aux règlements FIA de sécurité et de la course, performant et compétitif muni de deux moteurs électriques (110kw) pour une autonomie de 300km en conditions spéciales. L'équipe, composée de 14 étudiants, travaille actuellement sur le dimensionnement châssis et le rechargement. La construction commencera dès la rentrée prochaine.

En plus du défi sportif (navigation, franchissement des dunes…) et technologique ce projet offre une dimension humanitaire. Des dons matériels seront effectués dans le pays d’accueil avec l’aide de l’association ESTACAIDE.

À l’ESTACA, les projets associatifs font partie du projet pédagogique de l’école. Ils sont l’occasion pour les étudiants de travailler sur des cas concrets qui prennent en compte l’ensemble des contraintes pour mener un projet : gestion de budget, recherche de partenaires, travail en équipe, respect des délais, besoins de communication, etc.

L’association ITD compte plus de 70 adhérents issus des quatre filières. Elle mène actuellement quatre projets véhicules : IVR-S, ESTACA On The Salt, JEMA by ESTACA et SAAR-E by ESTACA.

Plus d’info sur le projet des étudiants :

Linkedin : https://www.linkedin.com/in/saarebyestaca/ 

Facebook : https://www.facebook.com/saarebyestaca/  

Instagram : https://www.instagram.com/saarebyestaca/?fbclid=IwAR017CX2OAQiqphk_3cK-L7k25XmqY9On39eOmqN0Nv3_pcp8KiL56aaRJU

Une nouvelle spécialisation Drones, 100% en anglais

Drone

Afin d’élargir l’offre de formation en fin de cursus dans la filière aéronautique et de répondre à la demande d’ingénieurs dans un secteur en plein développement, l’ESTACA ouvre une spécialisation drones orientée usage et sécurité en 5ème année.

Délivrée entièrement en anglais, elle complète l’offre déjà existante sur la technologie utilisée dans les drones présente dans d’autres spécialisations. Cette nouvelle formation permettra aux étudiants de mieux appréhender la règlementation, de maîtriser les risques des opérations complexes ou de s’inscrire dans les travaux des bureaux d’études des grands projets de drones européens.

Elle leur permettra de poursuivre sur des activités liées aux petits drones comme la surveillance des réseaux, l’inspection par drone, l’agriculture, la topographie ou encore la livraison de pizza, mais également aux plus gros drones comme les drones miliaires, de transport urbain (Urban Air Mobility) et les pseudo-satellites (High Altitude Pseudo Satellite). Cette formation sera enseignée par des professionnels travaillant chez nos partenaires tels que Dassault Aviation, AltaMetris, Airbus, Onera, DSNA, Thales, Eurocontrol, etc.

L’ESTACA s’inscrit ainsi dans les nouveaux usages aériens d’aujourd’hui et de demain.

 

Un robot-tortue bio-inspiré pour lutter contre la pollution marine

Turtle

Pour contribuer à l’effort de dépollution des océans dans lesquels s’ajoutent annuellement plus de 8 millions de tonnes de déchets, les étudiants de l’ESTACA ont imaginé une technologie inspirée par le biomimétisme quipermet de traquer les déchets en milieu aquatique. Grâce à son design unique très proche des caractéristiques physiques d’une tortue, le robot Green Turtle privilégie un déplacement doux et agile, parfaitement adapté à la mission de collecte de déchets mouvants, dû à l’influence des courants marins. Les étudiants ont conçu ce dispositif avec la volonté de l’implanter dans les ports pour s’assurer de ne pas perturber la faune marine présente qui n’est pas un prédateur naturel des tortues, tout en étant au plus proche des lieux de pollution humaine.

La technologie développée par les étudiants de l'ESTACA permet au robot-tortue de pister les déchets en milieu aquatique et de les collecter d'une manière intelligente, agile et économe en énergie. Par sa taille, le robot-tortue aura une capacité de collecte de 50 litres de déchets. Un système de sonar embarqué lui permet de détecter précisément les déchets, de les reconnaître afin d'aller les collecter, une fois identifiés, sans risque pour la faune environnante. Ce système actif de reconnaissance et de détection des déchets entre en résonance avec le slogan de Green Turtle : « Contre la pollution, la meilleure défense, c’est l’attaque ». L'ergonomie offerte par le mimétisme des mouvements d'une tortue représente à la fois un challenge d'envergure pour les étudiants et également l'assurance d'une compatibilité avec le milieu sous-marin. 

Initié en septembre 2019 par les étudiants de l’association WAVE de l’ESTACA, le projet Green Turtle a pour ambition d’être fonctionnel à l’été 2021. Leur démarche est largement encouragée par l’Ecole qui valorise et accompagne ce type d’expérience qui permet aux étudiants de se confronter directement aux exigences techniques, technologiques et managériales inhérentes à tout projet d’ingénierie. 

 

La transition écologique : un enjeu clef à l’ESTACA 

Transition

Le climat et la transition énergétique représentent un enjeu clef du 21e siècle et les ingénieurs de demain sont les acteurs qui trouveront des solutions pour un mode de développement durable des sociétés. Les systèmes de transports sont l’un des piliers du défi environnemental : maîtrise de la consommation d’énergie et des matières premières, limitation des émissions polluantes, respect de l’environnement, congestion des agglomérations, lutte contre l’effet de serre et le réchauffement climatique, sont autant de défis à relever pour les futurs ingénieurs ESTACA qui contribueront à la conception de solutions technologiques et de nouveaux usages pour demain.

L’ESTACA a intégré cette dimension Développement Durable au sein de ses formations et de ses activités de recherche depuis une dizaine d’années et est prête à répondre aux nouveaux défis que la crise actuelle met en valeur. La transition énergétique à l’ESTACA comprend quatre axes : 

  • la sensibilisation et la formation des futurs ingénieurs aux enjeux liés à l’énergie et au climat : enseignements dédiés par exemple aux Nouvelles Energies et Environnement, Allègement Véhicule, Eco-mobilité et de nombreux projets académiques.
  • le développement de projets associatifs directement liés aux enjeux énergétiques actuels (véhicules énergétiques, pile à hydrogène, robot nettoyeur de déchet, capsule hyperloop, etc.).
  • la mise en place des pôles et programmes de recherche dédiés aux problématiques environnementales, notamment sur la qualité de l’air, le stockage et la gestion de l'énergie à bord, l’allègement et les systèmes embarqués
  • une gestion interne qui vise à accentuer la réduction de l’empreinte écologique des campus ESTACA.

Pour en savoir plus sur ces axes : https://www.estaca.fr/mobilite-durable/transition-energetique-developpement-durable-dans-transports.html

Flux d'actualités

feed-image Abonnez-vous