bandeau Hero Presse

Décembre 2016 - Obtenir les qualifications de pilote de ligne tout en poursuivant ses études d’ingénieurs : à l’ESTACA, c’est désormais possible

logo estaca isae bleuPNG web

Communiqué de presse – Paris, le 6 décembre 2016

 

 Les étudiants de la filière aéronautique de l’ESTACA pourront suivre à partir de mars 2017 une formation de pilote de ligne en parallèle de leur cursus initial. L’école d’ingénieurs post-bac spécialisée dans les nouvelles mobilités vient de signer une convention de partenariat avec AÉROPYRÉNÉES, pour permettre à ses étudiants de suivre un enseignement complémentaire, pour obtenir l’ATPL théorique (Airline Transport Pilote Licence) ainsi que toutes les qualifications pratiques requises pour le pilotage professionnel. Une opportunité pour les étudiants passionnés, qui peuvent prétendre à une double carrière professionnelle.

Former la nouvelle génération de pilotes en alliant théorie et pratique

EN CHIFFRES

25 jours
de formation théorique préparant à l’ATPL théorique

9 mois
de formation pratique

66 982 €
coût de la formation théorique + pratique

Devenir pilote de ligne, c’est le rêve de nombreux passionnés d’aéronautique. Grâce à ce partenariat développé par l’ESTACA qui confirme le rôle de premier plan joué par l’école sur la formation aux métiers de l’aéronautique en France, les étudiants peuvent désormais suivre un enseignement complémentaire. Seront éligibles à la formation de pilote les étudiants de la filière aéronautique des campus Paris-Saclay à Saint-Quentin-en-Yvelines et du campus Ouest à Laval. Ils devront avoir validé leur 3ème année pour passer en 4ème année, réussir une évaluation préalable et avoir un certificat d’aptitude médicale spécifique. La formation est découpée en deux phases distinctes.

Une partie théorique de 25 jours au total , répartis sur la fin de de la 3ème et la 4ème année. Elle permet de valider les 14 certificats indispensables de l’ATPL théorique pour passer à la phase de vol : Droit aérien, Systèmes, Instrumentation, Masse et centrages, Performance, Préparation et suivi du vol, Facteurs Humains, Météorologie, Navigation, Radionavigation, Procédures opérationnelles, Mécanique du vol, Communication VFR, Communication IFR.

Une partie pratique d’environ 9 mois avec 206 heures de vol, une centaine d’heures de cours au sol et des heures de briefing et débriefing suite aux vols. Cette partie est articulée en plusieurs phases : apprentissage du pilotage, perfectionnement, vols aux instruments, pilotage sur multi-moteurs, travail en équipage, etc. A l’issue de cette phase, l’étudiant aura obtenu toutes les qualifications professionnelles en vol : CPL, IRME, MCC.

L’insertion professionnelle des étudiants en ligne de mire

« Nous avons constaté que certains étudiants de la filière aéronautique, suivaient une formation de pilotage en parallèle de leurs études à l’ESTACA ou à l’issue de leur formation et nous comptons déjà de nombreux pilotes parmi nos alumni. Nous avons donc décidé de donner à ces passionnés, l’opportunité de réaliser cette formation professionnalisante pendant leur formation à l’Ecole » indique Jean-Michel Durepaire, Directeur délégué de l’ESTACA Campus Ouest.

Selon une étude publiée en 2015 par le constructeur Boeing , plus de 600 000 nouveaux pilotes de ligne seront recrutés par les compagnies aériennes mondiales au cours des 20 prochaines années pour accompagner le développement de leur flotte aéronautique. La plus forte demande se situe en Asie-Pacifique avec un besoin en recrutement estimé à 250 000 pilotes. L’Europe reste le troisième marché le plus en demande, avec plus de 100 000 nouveaux pilotes de ligne attendus d’ici à 2035.

Jean-Michel Durepaire, se réjouit de la bonne dynamique du secteur, garante de nouvelles opportunités pour les étudiants qui suivront la formation ATPL : « Air France a lancé le recrutement de plus de 150 pilotes de ligne en 2016. Une première pour la compagnie aérienne depuis 2008. C’est un signal optimiste qui est à mettre en parallèle avec le développement des compagnies low cost en Europe qui enregistrent elles aussi de nouveaux besoins en ressources humaines. Notre partenariat avec AÉROPYRÉNÉES va permettre aux étudiants de l’ESTACA de faire partie de cette nouvelle génération de pilotes de ligne ».

[1] Sous réserve de validation de la DGAC

[2] 2016 Boeing Pilot and Technician

 

Novembre 2016 - SNCF et ESTACA signent une convention de partenariat

logo estaca isae bleuPNG web logo sncf web

Communiqué de presse
Paris, le 3 novembre 2016



SNCF ET L’ESTACA SIGNENT UNE CONVENTION DE PARTENARIAT

Le 3 novembre 2016, Pascal Villard, directeur des Ressources Humaines de la direction du Matériel de SNCF Mobilités et Pascal Bidan, directeur délégué de l’ESTACA, ont signé une convention de partenariat portant sur le rapprochement et la coopération entre SNCF Mobilités et l’ESTACA. Ce partenariat résulte du constat de nombreuses convergences entre les projets de transformation industrielle de SNCF et l’expertise en matière de formation dans le domaine ferroviaire de l’ESTACA.

 SNCF et ESTACA prévoient de s’engager dans des actions communes et concertées en vue de développer des initiatives et des actions conjointes mettant en relation l’offre académique de l’école et la demande industrielle de SNCF Mobilités dans le domaine du ferroviaire, des transports terrestres et de la mobilité durable.

Ce partenariat entre SNCF et ESTACA couvre différents axes de collaborations dans le but de développer les échanges entre les étudiants, jeunes diplômés et anciens élèves ingénieurs, le corps professoral de l’ESTACA et les départements de recrutement, les managers et collaborateurs de SNCF. Pour SNCF Mobilités, ce partenariat permettra aussi d’identifier des candidats ayant bénéficié du savoir-faire reconnu, tant en pédagogie qu’en recherche, de l’école d’ingénieurs ESTACA, pour de futurs recrutements.

Axe pédagogique

L’objectif est de permettre aux élèves ingénieurs de bénéficier des connaissances scientifiques et techniques des experts de SNCF Mobilités et de disposer d’une meilleure connaissance de l’entreprise et de ses métiers d’ingénieur. Les actions porteront donc sur :

  • Un travail partenarial pour identifier les compétences de l’ingénieur ESTACA, filière ferroviaire ;
  • La contribution à l’évolution de l’offre de formation pour la filière ferroviaire ;
  • La proposition de projets d’études industrielles ;
  • La participation à des conférences thématiques, l’organisation de visites de sites industriels ou d’études et de rencontres métiers…

Axe accompagnement au projet professionnel des élèves ingénieurs :

L’objectif est de préparer les élèves ingénieurs à leur insertion professionnelle au travers de stages, de simulation d’entretien, de participation à des évènements (Forum Entreprises de l’ESTACA ou SNCF DAY).

Axe Recherche :

SNCF Mobilités et ESTACA’LAB (laboratoire de Recherche de l’ESTACA) identifieront de potentiels travaux de recherche où l’expertise scientifique d’ESTACA’LAB peut intéresser SNCF.

SNCF et ESTACA se réservent également la possibilité de collaborer en partenariat sur des projets de Recherche, d’Innovation ou de Développement.

Le partenariat est signé pour une durée de trois années consécutives à partir de la date de signature. Il pourra être prolongé par voie d’avenant signé entre SNCF et ESTACA.

SNCF Mobilités, Direction du Matériel en bref :

L’expérience et les savoir-faire de la Direction du Matériel font de la maintenance et de l’ingénierie du Matériel SNCF une référence en France et en Europe.

Aujourd’hui, l’ensemble du dispositif de maintenance SNCF Mobilités s’appuie sur un réseau de 10 Technicentres Industriels (rénovation/modernisation des matériels roulants) et de 28 Technicentres de maintenance (maintenance courante) répartis sur toute la France. La Direction du Matériel dispose également d’une ingénierie forte pour mettre en œuvre les innovations et les adaptations des trains de demain, spécifier et adapter les règles de maintenance.

Au total, 22 000 collaborateurs travaillent dans le domaine du matériel chez SNCF.

ESTACA en bref:

Ecole d’ingénieurs post-bac spécialisée, l’ESTACA est un acteur européen majeur dans le domaine des transports et de la mobilité. Grâce à une pédagogie innovante au cœur des problématiques actuelles des transports (éco mobilité, systèmes embarqués, système propulsif et énergie à bord, …) et à son centre de recherche ESTACA’LAB, l’Ecole diplôme environ 280 ingénieurs par an dotés d’un savoir-faire technique reconnu dans le monde industriel et économique. Ouverte sur le monde, l’Ecole compte une trentaine de partenaires universitaires étrangers. Passionnés et professionnels, les ingénieurs ESTACA sont reconnus dans le monde industriel pour leur capacité à s’adapter rapidement. Très demandés par les entreprises, près de 80% des élèves-ingénieurs de l’Ecole signent un contrat avant l’obtention de leur diplôme.

Octobre 2016 - ESTACA crée une option entrepreneuriat pour accompagner ses jeunes talents

logo estaca isae bleuPNG web

Communiqué de presse – Paris, le 24 octobre 2016

 

Depuis le début du mois d’octobre 2016, une soixantaine d’étudiants de l’ESTACA suivent la nouvelle option Entrepreneuriat ouverte par l’École sur son campus de Saint-Quentin-en-Yvelines. Ce nouveau module de formation a pour objectif de les accompagner dans la création et le développement de leurs projets entrepreneuriaux. Un dispositif qui répond à la dynamique entrepreneuriale portée par les étudiants de l’École des nouvelles mobilités depuis plusieurs années.

Une option pour développer le potentiel entrepreneurial des étudiants

Offrir la possibilité aux étudiants porteurs de projets innovants de les concrétiser, détecter les créateurs d’entreprises et les valoriser, tels sont les objectifs de l’option entrepreneuriat créée par l’ESTACA. Ce nouveau cursus optionnel, destiné aux étudiants de troisième et quatrième année toutes filières confondues, a enregistré plus de 60 candidatures au total.

Outre les apports fondamentaux qu’elle propose (étude de marché, business model, créativité, financement, propriété intellectuelle,…), l’option prévoit des conférences et rencontres avec des incubateurs, des alumni entrepreneurs, des start-up, des coachs ainsi que des ateliers de travail thématiques.

Plusieurs organismes en sont partenaires, tels que les incubateurs IncubAlliance et Start In Saclay, la CCI Versailles-Yvelines et le PEIPS, le réseau de l’entrepreneuriat et de l’innovation de l’Université Paris-Saclay. Des alumni ESTACA, qui ont tenté l’aventure entrepreneuriale et enregistré de belles réussites grâce à leurs projets très prometteurs, parrainent également le cursus. Les fondateurs du projet « Selfeden » en sont un exemple concret.

Selfeden : les experts de l’aquaponie, la solution pour vivre sur Mars

logo selfedenDeux futurs diplômés de l’ESTACA, Pierre Plévin et Pierre Foulon, ont été sélectionnés par l’Association Aéronautique Astronautique de France (AAAF) pour présenter leur projet « Selfeden » au 67ème salon de l’Aérospatial au Mexique en septembre 2016. Ces ingénieurs ont pour ambition d’utiliser l’aquaponie afin de permettre l’élevage de poissons et la culture de plantes vertes sur Mars.

Le principe de cette technique ancestrale est de recréer un écosystème vertueux entre les poissons, les bactéries et les plantes dans un environnement faisant obstacle aux rayons cosmiques : l’eau. Alors que les rayons cosmiques constituent la principale difficulté pour établir toute sorte de culture sur Mars, l’eau a pour particularité de les absorber, créant ainsi une véritable barrière de protection pour le développement des cultures marines.

Le projet qu’ils ont défendu devant les industriels de l’aérospatial apporte de véritables réponses à la problématique de l’autonomie alimentaire sur Mars. Les deux jeunes entrepreneurs viennent d’être sélectionnés par le PEIPS pour obtenir le statut d’étudiants entrepreneurs 2016-2017 et seront accueillis dans le SQY CUB, le nouvel incubateur de Saint-Quentin-en-Yvelines qui sera inauguré en novembre prochain.

L’ESTACA : un vivier d’entrepreneurs d’avenir

Si l’ESTACA possède désormais une option dédiée à l’entrepreneuriat, nombreux sont les étudiants de l’École à s’être déjà lancés dans la création de start-up. Focus sur quelques projets innovants, à vocation sociétale.

 logo auxiviaAuxivia : l’innovation au service du bien vieillir

Antoine Dupont, fondateur de la start-up Auxivia, a représenté l’entrepreneuriat français lors du dernier CES (Consumer Electronic Show) de Las Vegas, le rendez-vous incontournable de l’innovation. Son ambition : accompagner des personnes âgées et leurs aidants au quotidien grâce à des objets connectés adaptés. http://auxivia.com/fr/

 

Soylogo soyHuceHuCe : repenser la mobilité urbaine grâce à la technologie

Nicolas Guy, fondateur de SoyHuCe, a développé une application mobile qui pourrait devenir une référence dans le domaine de la mobilité urbaine dans les cinq années à venir. Une innovation présentée pour la deuxième année consécutive au CES de Las Vegas. https://soyhuce.fr/

 

logo defabDefab : fournir de l’eau chaude grâce au cloud

Thomas Garnier et Benjamin Laplane sont tous deux issus de l’ESTACA. Ils se sont retrouvés dans l’objectif de monter Defab. Le principe de la start-up est simple : installer des micro-datacenter dans des bâtiments collectifs et récupérer la chaleur dégagée par les serveurs informatiques pour fournir de l’eau chaude à la collectivité.

Septembre 2016 - ESTACA ouvre une option « compétition automobile » en partenariat avec Spark Racing Technology (SRT)

logo estaca isae bleuPNG web

Communiqué de presse – Paris, le 28 septembre 2016

 

Depuis le mois de septembre 2016, les étudiants de 3ème année de la filière automobile de l’ESTACA ont la possibilité d’intégrer le module « compétition automobile » proposé par l’École. Ce nouveau module de formation a été conçu en partenariat avec Spark Racing Technology (SRT), entreprise française qui collabore étroitement avec les écuries de Formule E. C’est la première fois en France qu’une école d’ingénieurs propose une telle option à ses étudiants.

Un module de formation co-construit avec les experts de la compétition automobile

« La création de cette option répond aux besoins exprimés par le secteur de la course automobile avec lequel nous avons tissé des liens étroits au fil des années. La proximité entre l’ESTACA et la société Spark Racing Technology en a fait un partenaire tout désigné pour travailler à la conception de ce projet » explique Jean-Michel Durepaire, Directeur délégué du campus ESTACA de Laval. Pour cette première année, 10 étudiants en 3ème année de la filière automobile sélectionnés sur dossier pourront suivre cette spécialité optionnelle. L’option prévoit notamment une semaine complète en immersion au sein du constructeur de Formule E afin d’apprendre directement sur le terrain aux côtés des meilleurs ingénieurs du secteur.

Préparer la nouvelle génération d’ingénieurs du sport automobile

Le secteur de la compétition automobile a accueilli de nombreux talents issus de l’ESTACA. Frédéric Vasseur, fondateur et président de la société Spark Racing Technology (SRT) est aujourd’hui Directeur de course de l’écurie Renault F1. Laurent Mekies, diplômé de l’ESTACA en 1999, est quant à lui Safety Director de la Fédération Internationale de l’Automobile (FIA). Plus récemment, c’est un étudiant fraîchement sorti de l’École qui a fait ses preuves dans le domaine du sport automobile. Maxime Menneglier est entré à l’ESTACA en 2009 et évolue actuellement en tant qu’ingénieur exploitation pneumatique chez Pirelli travaille avec l’écurie Ferrari de Formule 1 : « Nous suivons les performances des pneumatiques et recherchons les améliorations possibles. C’est un travail passionnant où j’évolue avec les ingénieurs de piste et les pilotes » indique-t-il. Le module de formation « compétition automobile » constitue ainsi un véritable tremplin pour les étudiants passionnés, désireux de travailler au sein des plus grandes écuries.

Spark Racing Technology, référence mondiale du sport automobile électrique

Spark Racing Technology (SRT) a été fondée en octobre 2012 par l’ingénieur ESTACA Frédéric Vasseur. Spécialisée dans la conception et la construction de systèmes hybrides et électriques, cette société française est à l’origine de la Spark-Renault SRT_01E, première monoplace 100 % électrique homologuée pour participer au championnat du monde FIA de Formule E.

Juin 2016 - Aéroport du futur : L’association PV3e de l’ESTACA remporte le Challenge Aéro-Saclay

logo estaca isae bleuPNG web

Communiqué de presse – Paris, le 28 septembre 2016



actu faurecia Le 23 juin dernier, les étudiants de l’ESTACA participant au Challenge Aéro-Saclay étaient rassemblés pour la remise des prix de cette compétition lancée à la rentrée 2015. Son objectif : réunir les étudiants des établissements d’enseignements supérieur de Paris-Saclay-Versailles autour d’un projet commun, concevoir l’aéroport du futur en équipes pluridisciplinaires. Ce challenge s’inscrit dans le cadre du projet de cluster en gestation autour de l’aérodrome à Toussus-le-Noble. Depuis plus de huit mois, les étudiants de l’ESTACA travaillaient aux cotés de professionnels de l’aéronautique et de leurs enseignants pour cette transition vers l’aéroport du futur. Les étudiants de l’ESTACA se sont particulièrement illustrés en remportant le 1er prix et le prix « Coup de cœur » de la compétition.

Un challenge pour stimuler l’éco-système du territoire le plus innovant de France

Le territoire de Paris-Saclay renferme de nombreux constructeurs, industriels et des PME travaillant sur le secteur aéronautique. Avec les écoles et établissements de recherche qui les entourent, cela fait de Paris-Saclay l’un des pôles aéronautiques les plus dynamiques de France. L’ambition du Challenge Aéro-Saclay était de fédérer tous ces acteurs et d’activer les compétences de l’ensemble de cet écosystème dans une dynamique d’’innovation sur des problématiques majeures du secteur aéronautique. « Ce challenge est une opportunité formidable pour créer des synergies entre grands industriels, PME, chercheurs et les écoles sur un projet coopératif, qui répond à des enjeux d’avenir », explique Pascale Ribon, Directrice de l’ESTACA.

Pour concevoir l’aéroport du futur de Toussus-le-Noble au cœur du département des Yvelines, les étudiants ont dû adopter une approche transverse, sur des problématiques à la fois énergétiques, environnementales mais aussi économiques. Dans cette démarche, les étudiants ont placé l’usager au cœur de leurs réflexions, un pré-requis pour la viabilité du projet. « Les industriels qui ont pris part à ce Challenge sont venus chercher une idée techniquement et industriellement réalisable auprès de nos étudiants » précise Pascale Ribon.

Louise Chazalon, étudiante en 3e année de la filière aéronautique à l’ESTACA et présidente de l’association PV3e revient sur la construction du projet qui a permis à son équipe remporter la première édition du Challenge Aéro-Saclay. Leur aéroport à faibles émissions sonores, qui a séduit les membres du jury (Aéroports de Paris, Airbus Group, Safran, la préfecture des Yvelines, CCI Versailles, Astech, Mairie de Toussus le Noble, CFA mae) pourrait faire l’objet de financements développer un prototype.

«Pour le challenge, nous avons mené une réflexion globale sur la manière dont l’aéroport pouvait se développer et nous avons estimé qu'il fallait en priorité supprimer les gênes pour le voisinage et les riverains, à savoir réduire la nuisance des avions. Pour faire en sorte que l’aéroport ne perturbe plus son environnement, nous nous sommes basés sur une technologie déjà existante, le contrôle actif du niveau sonore. Elle est utilisée notamment pour les casques anti-bruits et nous l’avons adaptée à une gamme de fréquence émise par les hélicoptères et les avions autour de l’aéroport. Le système mis en place consiste à capter l’onde sonore émise par un avion ou un hélicoptère via un micro, et de renvoyer exactement la même onde en opposition de phase via un haut parleur. Cela crée une interférence destructive qui neutralise les sons et donc les nuisances.»