bandeau Hero Presse

Participer à une révolution aéronautique : un avion à structures séparables

actu-beePlaneDepuis 2012 des étudiants de 4e et 5e année participent, dans le cadre des projets académiques de l'ESTACA à un projet industriel original : le Bee-plane porté par une start-up normande. Cet avion, prévu pour 2050, pourra dissocier le fuselage où se tiennent les passagers ou le fret, de la partie technique (ailes, moteur, trains d’atterrissage, etc.). La partie détachable pourrait par exemple servir d'hôpital qui reste au sol pendant que la structure porteuse est repartie pour un autre vol. Les étudiants de l'ESTACA ont travaillé l'an dernier sur la version hôpital du Bee-plane qui comprend deux blocs opératoires, un espace de médecine générale et une zone de vie équipage. Cette version a été présentée au Bourget, en juin 2013 lors de la clôture du TRL1 (Technology Readiness Level).

Cette année, 28 étudiants travaillent sur la version passagers et transport de marchandises. Ils interviennent sur de nombreux aspects du projet : la conception et l'aménagement intérieur, la gestion de l'énergie à bord, la structure aéronautique, la certification Part 21 et Part 145. Le projet est collaboratif ; Il est réalisé en lien avec d'autres universités (ECP, Supméca, IFMA, TCD...). En cas de réussite du projet, l'objectif est de réduire par deux le coût du transport aérien.

Mission vers Vénus : nouvelle collaboration franco-américaine sur un projet aérospatial proposé par la NASA

actu-mission-venus-estaca-nasaComme chaque année, les étudiants de l'Université d'Alabama à Huntsville (UAH) et de la filière spatiale de  l'ESTACA collaborent sur un projet de recherche appliquée commun entre janvier et mai. En réponse à un cahier des charges proposé par des industriels, les élèves ingénieurs travaillent pendant un semestre en équipes binationales pour proposer leur réponse à une problématique posée.

Cette année, le sujet proposé par la NASA est une mission vers Vénus : il s'agit de cartographier Vénus et d'essayer d'y poser un véhicule malgré l'aérologie très particulière de cette planète. D'autres études porteront sur la climatologie pour comprendre comment l'effet de serre influe sur l'atmosphère de Vénus.

Trois équipes binationales ont été constituées avec huit étudiants de l'ESTACA dans chaque équipe. Les étudiants français et américains vont travailler à distance notamment grâce à Skype (une réunion par semaine est prévue en moyenne). Les étudiants américains vont se concentrer sur la maîtrise d'œuvre de l'ensemble du projet ainsi que du transfert Terre-Vénus. Les élèves de l'ESTACA vont travailler sur le véhicule en orbite autour de Vénus. Les trois équipes proposeront chacune leur réponse au cahier des charges devant le jury composé d'industriels américains qui se tiendra fin avril à Huntsville. La meilleure équipe sera récompensée par le jury.

Le 20 janvier dernier, trois professeurs de l'Université d'Huntsville sont venus à l'ESTACA pour reconduire le partenariat avec l'ESTACA et développer la mobilité étudiante et aussi enseignante. Ce protocole ouvre également la voie aux projets professionnels et aux collaborations en matière de recherche.

Le Brésil à l'honneur

sport automobile L’ESTACA continue à développer ses partenariats avec des universités internationales pour offrir de nouvelles possibilités d’échanges et de doubles diplômes aux étudiants. En décembre dernier, une délégation de l'Université Fédérale du Parana au Brésil est venue à L’ESTACA.

Des accords de coopération ont été signés pour permettre aux étudiants de l'ESTACA de partir en séjour d'études à Curitiba durant un semestre. Curitiba accueillant le siège de l'entreprise RENAULT au Brésil, ce partenariat devrait aussi créer de nouvelles ouvertures de stages…

François-Xavier Demaison accompagne le Champion du Monde de Rallye

sport automobileDirecteur Technique et notamment concepteur de la polo R WRC qui a permis à Sebastein Ogier de remporter le dernier championnat du monde de rallye, François Xavier Demaison, diplômé Estaca 1993, était interviewé dans Auto Hebdo du 24 décembre 2013. Extrait en 3 questions.

Quand vous avez entamé vos études, pensiez-vous déjà vous orienter dans le sport automobile ?
Bien sûr ! A l’instar de bon nombre d’ingénieurs français aujourd’hui investis en F1 ou en WRC (Championnat du monde des rallyes), je suis entré à l’ESTACA. […]

En décembre 2012, lorsque la Polo R WRC est officiellement présentée, la limitation de vos ambitions n’était-elle pas de la fausse modestie ?
En WRC, un dixième de secondes au kilomètre fait la différence entre la victoire et la défaite. Avant le verdict du chronomètre, nous ne pouvions pas savoir avec certitude où notre auto se situait. Il n’est pas nature d’être présomptueux.

Maintenant que les titres mondiaux ont été conquis, quels sont vos objectifs pour l’avenir ?
Recommencer. La première année, on peut toujours bénéficier de l’effet de surprise. Maintenant, il faut confirmer.

Bravo aux diplômés 2013 et aux lauréats des Trophées ESTACA !

Projet FlorizartSamedi 13 décembre les 264 diplômés de la promotion 2013 étaient rassemblés à la Cité des Sciences et de l’Industrie à Paris, pour la traditionnelle cérémonie de remise de diplômes. Parrainée par Jérôme Wallut, Directeur Général d’Alstom Transport et diplômé ESTACA, cette promotion rassemblait 130 diplômés en aéronautique, 80 en automobile, 37 en transports urbains et ferroviaires et 17 en spatial.
Selon l’enquête de fin de parcours réalisée en novembre auprès des futurs diplômés: un mois avant la remise des diplômes, 73% des étudiants étaient déjà en activité (professionnelle ou 3e cycle) dont 21% étaient embauchés à l’étranger. Autre fait marquant : 91% des étudiants étaient satisfaits ou très satisfaits de leur formation.

A l’occasion de cette remise des diplômes, l’ESTACA a récompensé des étudiants qui ont su développer des projets académiques, associatifs ou personnels valorisants pendant leur formation.
Trois prix ont été décernés:

  • « Transports terrestres » : 1er prix pour Nicolas Chaussard pour son investissement dans la vie associative de l’Ecole et notamment au sein de l’association ESTATRAIN, dont il a été un président très actif.
  •  « Spatial et aéronautique » : 1er prix décerné à Thibault Proux, co-initiateur du projet PEECAD (Projet Etudiant de l’ESTACA pour la Construction d’un Aérostat Dirigeable) il a lancé le projet de dirigeable à propulsion solaire en 2011 et a obtenu de nombreux prix : notamment Génération Développement Durable en 2012 et Ingénieur de l’année par l’Usine Nouvelle en 2013.
  •  « Engagement » : Thomas Ferey, très investit dans la vie d’Estaca Campus ouest, il a été trésorier du BDE 2011-2012, président Flying West. La communauté ESTACA dans son ensemble a apprécié ses valeurs humaines tout au long de sa formation qu’il a en plus associées à d’excellents résultats académiques et à travers ses excellents résultats académiques.

 

Un nouveau prix pour ESO, l’association spatiale de l’ESTACA

Projet FlorizartAlexandre Simon, diplômé 2013 et ancien président d’ESO (ESTACA Space Odyssey) a reçu le 7 décembre le prix Thalès Alenia Space à la mairie du 15ème arrondissement de Paris dans le cadre du Prix Espace et Industrie. De nombreux industriels tel que Thales, Safran, le GIFAS, le CNES étaient présents.

L’association ESO a été récompensée pour le projet de fusex Florizar. Les membres du jury ont apprécié la démarche et l’inventivité de l’équipe. Pour rappel le projet Florizar consistait à créer une fusée expérimentale disposant d’un système de récupération intégré à sa structure et larguant un module Cansat depuis sa coiffe.

C’est la 3e récompense reçue cette année par cette association de passionnés de l’espace : en juin l’association a reçu le prix de l’innovation technologique sur le salon du Bourget et Arthur Descamps, président actuel, vient d’être élu ‘Elève Ingénieur de l’année’ par l’Usine Nouvelle.

Les femmes à l’honneur : une diplômée ESTACA reçoit le 1er prix de la Tribune Women'Award

Tribune Women'AwardSylvie Guinard, diplômé ESTACA 1996, a reçu le 2 décembre dernier, le 1er prix de la Tribune Women'Award dans la catégorie Industrie. Passionnée d’espace et d’aéronautique, Sylvie Guinard a participé aux travaux de lancements d’Ariane V avant de se reconvertir et rejoindre l’entreprise Thimonnier, une PME dont elle assure aujourd’hui la direction.

Ce beau parcours est l’occasion de rappeler que les femmes ont leur rôle à jouer dans l’industrie et que les entreprises, notamment dans le secteur des transports, souhaitent promouvoir la parité dans leur recrutement et donc de voir d’avantage de filles s’engager dans des études d’ingénieurs. Pour les entreprises en effet, la mixité est synonyme d’un meilleur équilibre et d’une plus grande efficacité au sein des équipes. Les femmes ont particulièrement leur place dans la construction des solutions aux enjeux actuels de la mobilité : la présence de plus de femmes dans l’industrie contribuerait par exemple à l’émergence de solutions innovantes pour répondre aux défis sociaux, économiques et environnementaux. Les nouveaux métiers qui émergent dans le monde des transports correspondent bien aux compétences des femmes : par exemple le profil d’ingénieur système, très recherché aujourd’hui, requiert une vision globale (marketing, technique, R&D...) du cadre dans lequel s’inscrit son projet. Il nécessite une alliance de technique, de communication avec les clients et de coordination de projets qui devrait être particulièrement attractif pour les jeunes filles.

L’ESTACA s’engage depuis de nombreuses années, notamment aux côtés de l’association « Elles bougent » pour susciter des vocations pour le métier d’ingénieur. L’objectif est de faire découvrir aux lycéennes le quotidien du métier d’ingénieur, de permettre aux professionnels de transmettre leur passion et de faire tomber quelques idées préconçues.

Découvrez quelques portraits d’étudiantes de l’ESTACA :

Carole Dussud, Ingénieure aéronautique ESTACA

Estelle Grillières, Ingénieure automobile ESTACA

Marine Martin-Lagarde, Future ingénieure spatial ESTACA

Alix Ballu, Ingénieure aéronautique ESTACA, promo 2011