bandeau Hero Presse
  • Liste des actualités

Les étudiants de l’ESTACA participent à un projet d’avion de voltige quadrimoteur, à propulsion électrique, Le Cri Cri

Salon de l’aviation verte au Bourget du 18 au 20 juin 2010

Juin 2010. 18 étudiants de l’ESTACA ont participé au développement d’un concept innovant d’avion de voltige : le CRI CRI, un  quadrimoteur à propulsion électrique. Ce projet s’inscrit dans le développement d’avions plus respectueux de l’environnement qui réduisent les émissions de CO2, le bruit et la pollution locale. Ces projets proposés aux étudiants  s’inscrivent dans une volonté de l’Estaca de mieux former ses élèves aux contraintes environnementales dans le secteur des transports.

Un avion de voltige électriqueGreen_Cri-cri-web

EADS Innovation Works avec son partenaire Aero Composites Saintonge et l’association Green cri-cri ont développé un concept qui fait appel à plusieurs technologies innovantes : structures composites légères, quatre moteurs électriques Brushless à hélices contra rotatives, des batteries Lithium à forte densité de puissance. L’utilisation de ces technologies d’avenir permet des performances nouvelles: 30 minutes d’autonomie à 110 Km/h en vol de croisière, 15 minutes d’autonomie avec des pointes de vitesses à 250 Km/h en voltige et une vitesse ascensionnelle d’environ 5.3 m/sec.

L’implication des étudiants

Les étudiants de l’ESTACA ont réalisé trois études dans le cadre des projets de 4e année. Un premier groupe a travaillé sur le bilan de la propulsion électrique du Cri-cri sous la responsabilité d’un ingénieur d’EADS. Un autre groupe a développé des modifications sur l’avion liées à la mise en place du système électrique sous la responsabilité de Didier Esteyne, Directeur technique d’Aero Composites et concepteur, futur pilote du Cri-cri. Un 3e groupe a enfin réalisé une étude bibliographique  sur le stockage d’énergie.

Les enjeux environnementaux au programme de la formation ESTACA

Ce type de projets s’inscrit dans une démarche  globale de l’ESTACA d’intégration des problématiques de développement durable  pour être en phase et pro-active avec la politique globale d’Education au Développement Durable (EDD) décrite dans le Grenelle de l’environnement. L’école  élabore actuellement un plan Vert, en cohésion avec la dynamique lancée par la Conférence des Grandes Ecoles. Elle travaille sur les thématiques de gestion écologique de ses campus et de politique sociale vis-à-vis des étudiants et du personnel.  Par ailleurs, l’ESTACA fait évouer sa formation pour permettre aux  ingénieurs de concevoir des transports en phase avec les nouvelles contraintes énergétiques, environnementale et socio-économiques de demain. Dans un premier temps, une sensibilisation générale aux problématiques induites par la raréfaction des énergies fossiles est mise en place. Des cours de chimie sont par exemple  introduits en 1ère année pour acquérir les bases nécessaires à la compréhension des contraintes énergétiques. En 3ème année, l’impact des émissions polluantes et la raréfaction des matières fossiles font partie des nouvelles notions au programme. En 4ème année, la « comptabilité carbone » est abordée pour apprendre aux étudiants à concevoir un véhicule non seulement en fonction du coût économique mais aussi de son bilan carbone, du puits à la roue, pour la conception et l’utilisation du produit.

Ekobi, un exemple de projet automobile réalisé par deux élèves de 4e année

En 4e année, les étudiants travaillent en groupe sur la conception d’un véhicule qui répond à un cahier des charges qui pourrait être proposé par un industriel. En réponse au concours de l’Argus sur le thème de la simplicité (Less is More), Florian Bonhert et Julien Phan-Hoang ont proposé le véhicule Ekobi: propulsé par un moteur électrique, ce véhicule novateur a été conçu pour répondre aux critères de multi-mobilité, simplicité et légèreté. Sa masse réduite et ses batteries dimensionnées de manière adéquate permettent de limiter sa consommation énergétique et de répondre au nouveau besoin qui émerge aujourd'hui: se déplacer en ville seul, rapidement et proprement.Ekobi double

Transports Ferroviaires, Transports Guidés : L’ESTACA ouvre deux nouvelles spécialisations

Mai 2010. Unique école en France à proposer une formation en 5 ans dans le secteur des transports ferroviaires et guidés, l’ESTACA ouvre à la rentrée 2010 deux nouvelles spécialisations en 5ème année : Conception d’un système de transport guidé et Exploitation et maintenance d’un transport guidé. Ces spécialisations, qui répondent à un besoin réel du marché, permettent d’acquérir une vision globale qui intègre les aspects techniques, économiques et écologiques. Les diplômés de la filière, qui s’insèrent déjà très rapidement sur le marché du travail (avant le diplôme ou moins de deux mois après l’obtention selon l’enquête insertion 2009), pourront évoluer aussi bien chez les constructeurs que chez les équipementiers ou les départements techniques des exploitants.

Spécialisation « Conception d’un système de transports guidés »

Avec cette spécialisation, l’ESTACA souhaite fournir au secteur des transports guidés une population d’ingénieurs intermédiaires entre les experts hautement spécialisés dans un domaine particulier et les généralistes. Un manque d’ingénieurs dans cette catégorie a été identifié notamment en France.

Cette spécialisation a donc pour objectif de former des ingénieurs capables d’établir un cahier des charges pour la conception d’un système complet de transports guidés ; de répondre à un appel d’offres en proposant des innovations, de les valider et d’en maîtriser les risques ; de piloter la conception d’un sous système et de l’intégrer au système complet.

Spécialisation « Exploitation et maintenance d’un système de transport guidé »

Alors que la plupart des écoles d’ingénieur se concentre sur les techniques de conception, cette spécialité s’oriente clairement vers le métier d’exploitant ferroviaire. Dans un contexte d’ouverture à la concurrence, et donc de multiplication des opérateurs, qui n’ont ni la culture ni l’historique de cette mission, cette formation offre ainsi de réels débouchés.

Cette spécialisation permet donc : d’exploiter un système ferroviaire, de concevoir un plan de transport à partir d’un besoin client, de mettre en place un système de maintenance du matériel efficace et économiquement efficient, de connaître les systèmes de signalisation et les modes d’utilisation de l’infrastructure et de savoir prendre en compte les facteurs humains.

De nombreuses entreprises partenaires

Chaque étudiant de la filière ferroviaire et transports guidés suit une formation approfondie (800 heures de cours et 3 projets d’études en 3ème, 4ème et 5ème année). De nombreuses entreprises participent à la formation parmi lesquelles : SNCF, Alstom, Siemens Transport System, Bombardier, Egis Rail, Ansaldo STS, Systra, Transdev, Véolia Transport.

Flux d'actualités

feed-image Abonnez-vous