bandeau Hero ecole

« Se former à travers des vrais projets de conception de véhicule…»

temoignages svetlanaSvetlana CASTRO, étudiante en 4ème année, issue d’un BAC STI2D

En arrivant à l’ESTACA, j’étais inquiète, je craignais de ne pas réussir, notamment en mathématiques qui n’était pas ma matière préférée…. Mais M. Qafsaoui, le professeur des STI2D, ferait aimer les maths à n’importe qui ! Du coup je m’y suis mise, j’ai travaillé plus qu’au lycée et ça a bien marché !

Je ne fais pas partie des élèves qui sont arrivés passionnés, je n’avais pas vraiment de connaissances sur les véhicules, je ne savais pas vraiment ce que je voulais faire. C’est une fois à l’ESTACA que la passion pour l’automobile est venue, en commençant à travailler les projets, en découvrant les cours et aussi les activités associatives. En 1ère et 2ème année j’étais dans la junior entreprise (afas projects), qui propose aux entreprises des études en lien avec nos cours. L’association venait d’être créée, il fallait donc mettre en place tous les processus, trouver des partenaires, faire le suivi des études. C’était très formateur.

Depuis l’année dernière, je participe à Estacars, un projet proposé dans le cadre de la formation automobile,. L’objectif est de réaliser de A à Z le premier véhicule électrique français qui participera au challenge Formula Student cet été. C’est un projet sur plusieurs années qui part de la conception de la voiture jusqu’à sa construction en passant par la recherche de sponsors, la participation aux courses du challenge, etc. Je fais partie du pôle communication et partenariat. Je dois notamment démarcher les entreprises pour financer le projet. Ce type de projet rend la formation très concrète et favorise à la fois l’esprit d’équipe et la confiance en soi. Personnellement ce type de projet m’a beaucoup motivé et a développé mes compétences notamment parce qu’on est en contact des professionnels.

Mon conseil aux terminales STI2D : croire en soi, ne jamais baisser les bras et se donner les moyens d’y arriver. Sans oublier un clin d’œil aux filles : dans le secteur automobile, ils ont autant besoin de femmes que d’hommes !

« Travailler dans une ambiance motivante, ça booste et ça révèle nos talents ! »

temoignages martinMartin GEHMEL, étudiant en 4ème année, issu d’un BAC STI2D

Au lycée en STI, c’était difficile de se motiver à travailler, les élèves n’étaient pas très moteurs et l’ambiance n’était pas vraiment au travail. Du coup je n’avais pas des notes excellentes, j’étais juste dans la moyenne de la classe. A l’ESTACA c’est différent, j’ai trouvé un cadre plus propice avec des élèves qui partagent les mêmes centres d’intérêt et la même motivation pour réussir. On est de plus très bien encadrés, en petits effectifs avec un enseignant dédié qui suit notre progression et adapte ses cours : si quelqu’un n’a pas compris, il prend le temps qu’il faut pour chacun.

Le 1er trimestre n’était pas évident, il a fallu s’adapter au rythme, s’organiser pour travailler en groupe, trouver la bonne méthode de travail, gagner en efficacité. Mais j’ai été boosté par l’ambiance de l’Ecole et la découverte du monde de l’ingénierie des transports. Ici les élèves sont passionnés et transmettent leur enthousiasme. On est aussi rapidement dans le concret à travers des projets, des travaux pratiques, des cours très intéressants et la vie associative.

Les premières années, on se pose bien sûr toujours la question du niveau, est-ce qu’on va être à la hauteur des élèves qui ont fait un BAC S ? Aujourd’hui, je suis en 4e année et je vois qu’il n’y a plus aucune différence. Grâce à l’encadrement privilégié des premières années et la motivation, j’ai moi-même découvert des capacités de travail que j’ignorais et je n’ai plus aucun doute sur mes capacités à devenir ingénieur!

« Les élèves de STI2D réussissent et s’épanouissent »

temoignages mahmoud4 questions à Mahmoud QAFSAOUI, professeur de mathématiques responsable des STI2D

Quels conseils pour intégrer l’ESTACA en venant de STI2D ?

Ne pas hésiter à postuler! Les élèves de STI2D manquent parfois de confiance en eux, pourtant l’expérience menée depuis 14 ans à l’ESTACA montre qu’ils réussissent bien et peuvent se placer en tête de promo (S et STI2D confondus). Bien accompagné et encadré, un bachelier STI2D développe toutes ses capacités et devient un très bon ingénieur. S’il est motivé, il a toutes ses chances de réussir!

Que recherchez-vous chez un élève STI2D ?

Contrairement aux idées reçues, pas besoin d‘avoir un niveau exceptionnel en mathématiques à l’entrée. Nous recherchons des élèves motivés, sérieux, réguliers. Tout étudiant qui travaille assidûment arrive à combler ses lacunes. A l’ESTACA on reprend les notions de base et on ne passe à la suite que lorsque toutes les notions fondamentales ont été assimilées.

Pourquoi choisir l’ESTACA?

Nous intégrons chaque année seulement une vingtaine d’élèves issus de STI2D pour assurer un meilleur suivi et un encadrement personnalisé pour permettre la réussite du plus grand nombre. Cela me permet d’avoir le temps de voir régulièrement chacun, de donner des conseils personnalisés, de trouver avec chacun une méthode de travail qui lui convient.
Nous proposons pendant 3 semestres un programme spécifique aux STI2D en mathématiques, mécanique et physique. Ils suivent le reste des cours avec les élèves qui ont eu un Bac S. Ensuite ils rejoignent le cycle ingénieur classique. Je remarque une vraie solidarité au sein de ce petit groupe, il s’entraident, se soutiennent et sont particulièrement impliqués dans la vie de l’Ecole.

Quelle sont les atouts des élèves STI2D ?

Les étudiants STI2D sont appréciés à l’ESTACA pour leur combativité, leur persévérance et leur régularité dans le travail. Ils abordent les projets de manière concrète et très opérationnelle, ce sont des qualités appréciées en entreprise.

INGENIEUR ET ARTISTE…

temoignage nicolas richter

Nicolas RICHTER, étudiant en 3ème année, filière automobile, président du Bureau des Arts et membre de la PV3e

Mes deux centres d’intérêt, la mécanique automobile et le théâtre, sont assez éloignés. En Terminale, j’hésitais beaucoup entre faire une école d’ingénieurs ou une école de théâtre. J’ai finalement intégré l’ESTACA.

D’une nature curieuse et souhaitant tester concrètement mes connaissances techniques, j’ai rapidement intégré la PV3e, association qui a pour but de réaliser un véhicule énergétique pour participer à l’Eco Marathon Shell. Pour autant, je n’ai pas arrêté ma pratique du théâtre et je suis aujourd’hui très impliqué dans le Bureau des Arts. J’ai besoin de cette parenthèse artistique dans ma vie. De bonnes méthodes de travail et de l’implication me permettent d’être actif dans deux associations.

Plus tard, je me verrais bien dans le sport auto : finalement une course de F1 est un spectacle où tout le staff est là pour assurer le bon déroulement du show !

 

Nous lançons un nouveau défi de drones énergétiques…

temoignage louise chazalonLouise CHAZALON, étudiante en 3ème année filière aéronautique, Présidente de la PV3e

Je suis présidente de l’association PV3e, l’association de véhicules basse consommation de l’ESTACA. Chaque année, nous participons au Shell Eco Marathon, la célèbre compétition automobile par équipe où les véhicules doivent faire le maximum de kilomètres avec seulement 1 litre d’essence.

Cette année, la PV3e lance en plus une compétition de drones énergétiques. Notre association souhaite travailler sur les problématiques de réduction de la consommation des véhicules terrestres mais aussi aériens ! Finalement l’aéronautique et l’automobile sont des secteurs proches ; dans les 2 cas, on agit sur les mêmes paramètres pour maximiser la performance, et diminuer la consommation. Nous travaillons actuellement sur notre premier prototype de drone énergétique : 5 mètres d’envergure  pour 6 kilogrammes de charge utile !

Nous avons cette année 40 étudiants de l’ESTACA sur le projet et travaillons à la mise en place de la compétition en partenariat avec Aéroports de Paris et AKKA Technologies. La PV3e sur terre et dans les airs, c’est pour 2018 !