fbpx
bandeau Hero ecole

Estelle Grillières

estelle-grillereEstelle Grillières, Présidente de la PV3e 2009-2010

2700 km avec un litre d'essence...

La vocation de notre association est de concevoir des véhicules qui participent à l'Eco Marathon Shell, une course dont l'objectif est de parcourir la plus grande distance possible avec un litre d'essence. Le record de l'association est 2700 km. Depuis l'année dernière, nous préparons deux véhicules: Tsé-tsé, un véhicule à pile à combustible à hydrogène et Patchwork, un véhicule à moteur à essence. Toutes les innovations technologiques sont conçues par les étudiants, parfois dans le cadre de projets d'études réalisés dans notre formation. Nous construisons entièrement les véhicules en partenariat avec des industriels et nous assurons toute la préparation et les réglages pour la course.

C'est une expérience très riche sur le plan technique mais aussi en termes de management de projet: gestion des budgets, des plannings, des équipes. Cela nous oblige aussi à développer nos capacités de communication pour trouver des sponsors, répondre aux journalistes... Et ce que je retiens surtout c'est la richesse de l'expérience humaine: si je reste tard le soir au local associatif, c'est autant pour faire avancer nos projets que pour le plaisir de se retrouver entre passionnés!

Thomas Ferey

Thomas Ferey, étudiant en 4e année et président de Flying West.thomas-ferey

Concrétiser sa passion et préparer son projet professionnel

Passionné depuis toujours par l’aéronautique, j’ai intégré Flying West dès mon arrivée dans l’Ecole. Cette association lavalloise développe des projets de construction. La réplique de la Demoiselle, 1er avion conçu par Santos Dumont en 1907, aujourd'hui suspendue dans le hall d’accueil de l’ESTACA a par exemple entièrement été réalisée par les étudiants de notre association. Actuellement nous travaillons sur la construction d’un simulateur de vol à partir d’un ancien bimoteur : le Piper Aztec. Nous organisons aussi régulièrement des visites d'entreprises, des séances de pilotage, etc... L’ESTACA nous soutient dans nos actions à la fois financièrement et techniquement. Par exemple, certains points techniques sont proposés en projet académique en 4e ou 5e année. Les enseignants chercheurs nous donnent également des conseils sur nos réalisations. Etre actif au sein d’une association est très enrichissant : il s’agit d’un vrai travail d’équipe et de manager : prise de décisions, de responsabilités, gestion des comptes… Pour moi c'est à la fois une opportunité de m’investir dans ma passion et un véritable projet personnel.

Florent Doullat

Florent Doullat, étudiant en 3e année, président de la PV3e 2011-2012florent-doullat

Concevoir et construire un véhicule énergétique

L’association du Projet de Véhicule Énergétique des Élèves de l'ESTACA (PV3e) conçoit et construit des véhicules qui participent à l’Eco-Marathon Shell qui se tiendra cette année en pleine ville à Rotterdam.

L’objectif de cette course est de parcourir la plus grande distance avec un litre d’essence. Notre record, c’est 2701 km ! Cette année nous préparons deux véhicules, un sur chaque établissement (Laval et Levallois) : le premier est un véhicule à pile à combustible à hydrogène, le second un véhicule à moteur à essence. Toutes les innovations technologiques sont conçues par les élèves, parfois dans le cadre de projets encadrés par des enseignants chercheurs de l’Ecole. C’est une expérience très enrichissante sur le plan technique mais aussi en termes de management de projet et de communication. A travers les projets de la PV3e des portes s’ouvrent aussi vers le milieu professionnel. Nous rencontrons beaucoup de professionnels, d’anciens élèves qui nous apportent leur expérience. C’est aussi une bonne manière de vivre nos années de formation dans une ambiance chaleureuse : nous passons beaucoup de notre temps libre au local associatif. Les liens sont très forts au sein de la PV3e mais aussi avec les autres associations.

Eva Lemaire

eva-lemaire

Eva Lemaire, étudiante en 3e année, vice présidente d'ESO 2011-2012

La vie associative, une source de motivation pour mieux étudier

Etre active au sein de l’association ESO me permet de concrétiser ce qu'on apprend en cours, d’améliorer par exemple mes compétences en mécanique ou en électronique. Mais c'est aussi très formateur sur le plan humain et relationnel : nous travaillons en équipe, il faut organiser le travail en fonction des compétences de chacun, savoir respecter des délais, apprendre à gérer nos erreurs et rebondir pour mener à bien notre projet. Cela nous permet de prendre conscience des difficultés que nous rencontrerons dans notre vie professionnelle. Et tout cela, toujours dans la bonne humeur entre membres tous passionnés ! Nous développons aussi les contacts avec l'extérieur : le réseau des anciens membres de l’association nous guide dans nos projets. Au moment de la campagne de lancement de nos fusées, nous rencontrons des professionnels mais aussi des clubs français et  internationaux (Australie, Autriche, Espagne, Japon, Tunisie, Russie...) avec qui nous partageons nos expériences. En bref, ESO me donne l'opportunité de m’investir dans des projets passionnants qui me motive encore plus pour réussir mes études.

Pierre Serin, Ingénieur architecture mécanique

pierre-serin

Pierre Serin, Promo 2007, Ingénieur architecture mécanique à la Direction des lanceurs au CNES

Ma mission au CNES est triple.

Je participe au suivi de production et au développement à court terme de sous-systèmes d’Ariane 5, je travaille en avant-projet sur l’architecture de futurs lanceurs et je participe à la mise en place d'une plateforme d’ingénierie concourante qui vise à fluidifier les échanges de données entre les équipes. Je considère que l’ESTACAm’a donné les outils nécessaires au métier que je fais aujourd’hui. A travers les cours de la filière spatiale, j’ai acquis les bases d’une très bonne culture sur les lanceurs et les satellites. La passion qui anime la plupart des élèves est aussi un facteur d’approfondissement non négligeable car chacun apporte de nouvelles idées qui enrichissent la réflexion des autres. Enfin, l’expérience acquise au sein de l’association ESO est un atout indéniable. Même si les fusées que j’ai conçues dans le cadre de l’association n’ont rien à voir avec Ariane 5… la gestion de projet n’est pas si éloignée : on se pose les mêmes questions sur la fiabilité, le coût, les délais, les solutions techniques, etc. On aiguise ainsi sa curiosité et sa créativité, on apprend à faire face à l’imprévu, à changer de point de vue, à innover… on me demande la même chose aujourd’hui !