fbpx
bandeau Hero ecole

Sami Ammar

samiSami Ammar,
Président du Cercle Aéro 2010-2011,

Le Cercle Aéro participe à la restauration du Concorde

Nous venons de signer une convention avec l’association Olympus 593 du Musée de l’Air et de l’Espace pour restaurer le Concorde et susciter un nouvel intérêt pour un projet aéronautique supersonique civil. Nous participons à la restauration des pièces, aux recherches documentaires et à l’entretien du Concorde. Des projets d’études techniques seront mis en place  à la rentrée, avec le soutien de partenaires industriels (Dassault, Snecma…) sur le dimensionnement de la voilure, l’étude avionique sur les calculateurs, la mise en place du plan de maintenance de l’appareil.

Le 29 mai 2010, nous avons participé à la « boroscopie » du Concorde, c'est-à-dire un examen approfondi des moteurs comme lors d’une endoscopie pour un être vivant. L'opération était réalisée par les techniciens français de l'ex-maintenance du Concorde et une délégation anglaise de 'Save Concorde Group' devant le public qui pouvait voir en direct les images de cette étude.

Aurélie Laize - Volontariat international

aurelie-laize

Aurélie LAIZE, promo 2011, Ingénieur EC 135

Le volontariat international : un bon tremplin pour les jeunes diplômés

J’ai profité de mes études à l’ESTACA pour acquérir une bonne expérience internationale. Après un stage de trois mois à Taiwan dans un département de recherche sur les piles à combustibles pour applications aéronautiques, j’ai réalisé ma 5e année à l’Université de Purdue, l’université des astronautes, 3e meilleur département aéronautique du monde ! Lorsque j’étais aux Etats-Unis, j’ai été contactée par Eurocopter France pour effectuer mon stage de fin d’études à Marignane au département Safety and Reliability. A l’issue de mon stage, j’ai obtenu un poste dans le cadre du volontariat International (VIE) chez Eurocopter Deuschland au département Chief Engineering EC 135. Nous sommes en charge du développement de l’Hélicoptère civil EC 135. Je fais du management de projet avec une forte composante technique : s’assurer du bon développement en temps et en heure mais aussi en coût des développements.

Cette position au sein de l’entreprise est très intéressante, car pluridisciplinaire et technique avec beaucoup de relationnel, des échéances à court et moyen terme. J’ai été moi-même étonnée d’être si rapidement opérationnelle sur mon poste. La formation spécialisée de l’ESTACA a vraiment été un atout. En 4e année, j’avais par exemple suivi un module «Hélicoptère » dispensé par un ingénieur de chez Eurocopter, une vraie introduction à ce que je fais aujourd’hui. De plus, l’Estaca est très bien représentée au sein d’EADS et très reconnue, ce qui facilite l’intégration au sein du groupe.

Marine Haution

marine-haution-webMarine Haution,
  étudiante en 4e année et Elève Officier du Personnel Naviguant

Devenir pilote de chasse

J’avais depuis longtemps le projet de devenir pilote de chasse et après quatre ans à l’ESTACA, j’ai été reçue cette année au concours de l’Ecole de l’Armée de l’Air de Salon de Provence. J’ai rejoint la formation d’ « Elève Officier du Personnel Navigant » en mars dernier et si tout se passe bien, j’obtiendrai un double diplôme d’ici trois ans : ingénieur ESTACA et Officier Navigant. J’ai fait le choix d’intégrer d’abord l’ESTACA pour mûrir mon projet. Une formation ingénieur me permettait d’acquérir d’abord une bonne formation théorique et de mettre toutes les chances de mon côté pour réussir les trois années de formation à l’Ecole de l’armée de l’Air qui sont difficiles. Je suis actuellement les trois mois de formation militaire de base et à partir de juillet je commencerai la formation théorique de pilotage qui dure 9 mois avant d’entamer la formation pratique de pilote de ligne puis de pilote militaire pour enfin accéder à la spécialisation qui me fait rêver : « pilote de chasse ».

Thierry Moulène, ingénieur automobile

thierry-mouleneThierry Moulène, promo 2004, Cofondateur et Directeur technique de LUMENEO

Créer une entreprise pour concevoir des véhicules électriques

Après mon diplôme, j’ai participé à la réalisation du concept-car Peugeot 907 au centre de style de PSA puis de trois autres projets pour Renault et Nissan. En parallèle j’ai travaillé sur une idée de tandem inclinable qui réponde aux problématiques de circulation urbaine. Cela a débouché sur la création de l’entreprise Lumeneo et d’un premier concept : la « Smera », une deux places électrique à mi chemin entre le scooter et la citadine, basé sur le principe des quatre roues à inclinaison. Notre société développe aussi des solutions technologiques pour des sociétés extérieures, toujours basées sur nos deux domaines de compétence : la motorisation électrique et l’architecture de véhicules ultra-compacts. Nous répondons ainsi à la double problématique de circulation en ville : pollution et congestion du trafic.

L’ESTACA m’a donné une culture automobile que je n’aurais trouvée nulle part ailleurs. L’expérience associative au sein d’ITD (Inventons le Transport de Demain) a aussi été très formatrice car elle m’a permis de me confronter tôt aux problèmes pratiques de la mise en oeuvre d’un concept. Je me rends compte que j’ai touché du doigt avec ITD des problèmes très proches de ceux que je rencontre aujourd’hui.Et je reste toujours en contact avec l’ESTACA puisque maintenant, je confie certaines de nos études à des équipes de recherche de l’ESTACA.

Chérif Larouci

CherifChérif Larouci,

Responsable du Pôle Systèmes et Energies Embarqués pour les Transports

  En pleine mutation, l’industrie des transports développe de nouvelles formes de mobilités permettant de faire face à plusieurs défis environnementaux et sociétaux.
Les moyens de transports sont ainsi soumis à de fortes contraintes comme la réduction des émissions polluantes et la préservation de l’environnement. A cela se rajoute des contraintes de compétitivité en termes de coût, de performances (compacité, masse, consommation, fiabilité, sécurité, confort…) et de services rendus aux usagers.
Dans ce contexte, le pôle S2ET (Systèmes et Energie Embarqués pour les Transports) développe deux axes de recherche complémentaires « Energie et Systèmes Mécatroniques Intelligents » et « Systèmes Embarqués et Mobilité Connectée ». Le couplage de ces deux axes appliqués à des moyens de transports plus électriques, plus intelligents et plus sûrs lui donne un positionnement particulier.
Le pôle S2ET explore aujourd’hui une ‘fiabilisation’ par la conception et par la commande des systèmes mécatroniques embarqués pour des nouvelles applications communicantes. Cela se décline par :
L’intégration de la fiabilité très tôt dans la conception et l’exploitation de l’hybridation des sources et la gestion de l’énergie embarquée afin d’optimiser les performances des systèmes mécatroniques, tout en prenant en compte des contraintes de durabilité, d’encombrement et de masse embarquée.
Le développement de nouvelles architectures de commande tolérantes aux défauts de chaines d’actionnement mécatroniques, basées sur des techniques de diagnostic adaptées à la supervision, la prédiction et à la détection des défauts.
L’optimisation de la conception d’architectures logicielles des systèmes embarqués temps réel avec intégration de la contrainte de sûreté de fonctionnement et la gestion efficace des informations entre véhicules, ainsi qu’entre véhicules et infrastructures.

  Les applications cibles sont principalement de type véhicule électrique/hybride, véhicule avec délégation de la conduite et autonome, avion plus électrique et drones intelligents. Le pôle S2ET développe une recherche appliquée en collaboration avec plusieurs partenaires industriels et acteurs des moyens de transport. Une recherche appuyée par d’importants moyens matériels et valorisée à travers la formation de nos élèves ingénieurs.