• Formation

Formation

Groupe ISAE : une semaine d’échange entre écoles

Brve 1 Supaero

La semaine de mobilité ISAE rassemble les étudiants des cinq écoles du groupe ISAE pour participer à des modules d’enseignement commun sur l’un des sites du groupe : SUPAERO à Toulouse, ENSMA à Poitiers, Ecole de l’Air à Aix en Provence, SUPMECA à Saint Ouen et ESTACA à St Quentin en Yvelines. Cette année, 500 étudiants ont participé à cette semaine d’échange.

173 étudiants ESTACA de 4ème année en filière aéronautique ont pu ainsi suivre des modules proposés dans les autres écoles du Groupe ISAE. L’ESTACA a de son côté accueilli une vingtaine d’étudiants de SUPAERO, l’ENSMA, SUPMECA et l’Ecole de l’Air. Quatre modules étaient proposés cette année : Avionique, Commande de vol, Cycle de vie et Dirigeables.

En parallèle, les 40 étudiants de 4ème année de la filière spatiale ont assisté au séminaire ESPACE organisé à ISAE-SUPAERO. Cette année, la thématique était « Espace et Défense». Ils ont ainsi pu découvrir, au travers de conférences et de tables rondes, les défis actuels et futurs auxquels font face les acteurs du secteur spatial : une occasion de débattre et d’être innovant lors des réflexions qu’ils ont été amenés à partager au cours des travaux en groupe. De nombreux intervenants de haut niveau, civils et militaires, ont apporter leur expérience et leur éclairage pendant ces quatre journées riches d’enseignements et de débats.

Cette semaine permet d’accroître l’offre de formation proposée aux élèves des quatre écoles et de favoriser les échanges entre les étudiants. « J’ai pu passer la semaine à SUPAERO. La vraie valeur ajoutée de ces échanges, c’est que les cours sont électifs. J’ai du coup pu choisir un thème très spécialisé animé par des professionnels de haut niveau », témoigne Caroline, étudiante en 4èmeannée en filière Aéronautique.

Devenir pilote de ligne chez Air France

Brve 3 Airfrance actu

Je suis passionné d’aéronautique depuis toujours. Pour moi, il n’a jamais été question d’exercer un autre métier: j’ai toujours voulu finir dans un cockpit. 

En sortant du lycée, je ne savais pas quelle voie suivre pour atteindre mon objectif. J’ai rencontré plusieurs personnes travaillant chez Air France qui m’ont dit : « Commence par une école d’ingénieurs et le diplôme te permettra de devenir pilote ». C’est le meilleur conseil que l’on m’a donné ! J’ai choisi ESTACA car je savais que beaucoup d’anciens élèves avaient été sélectionnés pour intégrer les cadets d’Air France. C’est une des rares formations non payantes pour devenir pilote.

Dans la formation des cadets, environ 90% des profils sont des ingénieurs et ESTACA est bien représentée parmi les étudiants recrutés. La sélection comprend une série de tests : calcul mental, repérage dans l’espace, anglais, culture générale, tests psychotechniques, psychomoteurs, tests de l’attention… puis une épreuve avec une problématique à résoudre en équipe. La formation ESTACA prépare bien à ces épreuves sur le plan technique mais aussi sur le plan de l’intelligence émotionnelle qui est primordiale dans les cockpits. Certaines valeurs de l’Ecole se retrouvent du reste dans la sélection: le travail d’équipe, l’engagement, le pragmatisme… Ce sont des choses que nous vivions concrètement à l’Ecole lorsque nous travaillions sur des projets, en TP ou dans les associations. Bref je n’aurai pas réussi la sélection d’Air France sans être passé par ESTACA. 

Lorsque j’étais à l’Ecole, je faisais partie de Flying West, l’association aéronautique. Nous étions une bande de copains et nous partagions les mêmes passions. Beaucoup voulaient devenir pilotes et aujourd’hui nombreux ont intégré une compagnie. L’objectif de l’Ecole n’est pas de former des pilotes, mais ceux dont c’est l’objectif, s’ils travaillent dur et n’ont pas peur d’essuyer quelques échecs, peuvent tout à fait y arriver. Il faut y croire jusqu’au bout, ne pas abandonner. Quasiment chaque compagnie européenne à un ESTACIEN en son sein aujourd’hui. Et de mon côté je serai dans un cockpit d’A320 ou de Boeing 737 pour Air France ou Transavia d’ici deux ans. Mon rêve d’enfant sera devenu réalité !

Johan LICHTNER, ancien élève ESTACA

Les étudiants de la filière Automobile de 5ème année de la spécialisation Allègement Véhicule s’illustrent au Challenge ARCELORMITTAL 2019

Prix ArcellorMittal Mars19Ce challenge de haute technologie, ouvert aux étudiants de Master 1 et 2, d’universités technologiques et aux écoles d’ingénieurs de toute la France, portait sur la recherche de nouvelles solutions technologiques en acier permettant l’allègement des véhicules et l’optimisation des techniques de mise en forme et d’assemblage des pièces en acier.

C’est un jury composé du directeur du laboratoire de Montataire, de 3 chefs de service Recherche et Développement et une responsable du service Innovation qui a récompensé les 2 équipes de l’ESTACA. L’équipe qui a remporté le prix de l’innovation a été récompensée pour son projet « Multi-System connection design using additive manufacturing » et celle qui s’est illustrée pour le prix de la meilleure gestion de projet est « Designing a tubular front axle cradle horn »

Ce challenge est intégré à la formation depuis 2015. Il est encadré par les enseignants-chercheurs d’ESTACA’Lab.

Mars19 ArcelorMital 2
Mars19 arcelorMital

Hackaton Renault : créer le futur de l’éclairage digital en 48h !

brève hackaton

Les technologies utilisées dans les systèmes de transports intelligents, autonomes et connectés sont aujourd’hui au cœur des activités de recherche et d’innovation dans l’automobile. Le véhicule doit pouvoir communiquer avec les autres véhicules et avec l’infrastructure routière. Et cela passe aussi par l’éclairage digital qui permet de générer des signaux et d’apporter plus de confort et de sécurité aux conducteurs et passagers.

Pour la première fois, le groupe Renault a rassemblé des développeurs, ingénieurs, designers, startups et étudiants sur son Technocentre pendant 48h pour un grand Hackaton. Objectif : créer le futur de l’éclairage digital avec les équipes d’ingénieurs du Groupe Renault, et mettre directement en application les nouveaux concepts sur une demo-car !  

L’équipe X-Line, composée de 5 étudiants ESTACA a développé un concept de projection d'indicateurs de trajectoires et de vitesse afin d'obtenir une conduite optimisée, dans le but de rendre le conducteur eco-responsable. Maxence, Marina, Axel, Constance et Antoine, retenus parmi les 10 meilleurs groupes ont pu tester leur solution sur une démo-car.

Le spatial, un secteur en pleine effervescence !

zoom spatial Brève 3 actu

Le spatial est un secteur transversal dont les applications sont nombreuses : communication par satellite, observation de la terre, navigation par satellites, lanceurs spatiaux ou encore sciences et vols habités. Il se compose de trois marchés distincts : militaire & défense, scientifique et commercial. Et si ces domaines connaissent des enjeux majeurs en matière de recherche et développement, le marché commercial est celui qui rencontre la mutation la plus forte car il est ouvert à la concurrence. L’arrivée de nouveaux acteurs, dont des startups, pour lesquelles il faut assurer des lancements de constellations de mini, voire nano, satellites en orbite basse, accélère son évolution technologique.

Les étudiants ESTACA qui choisissent la filière spatiale sont formés pour répondre à ses nouveaux défis. Ils intègrent, dès la deuxième année du cursus en 5 ans, des cours spécifiques en aéronautique et spatial. Ils se spécialisent en spatial en  4ème année puis, en dernière année, ils suivent la spécialisation Satellites, Satellites Orbitaux-Véhicules de Rentrée Satellites (SOVR) et véhicules de rentrée. Des partenaires tels qu’Astrium, Arianespace, le CNES, Thales, etc. leur permettent de faire leurs stages dans le secteur qui les passionnent et de sortir de leurs études avec les compétences requises et recherchées par les entreprises. Certains étudiants ont même pu réaliser leur stage au sein de la NASA comme Arthur Descamps.

Et grâce à l’association ESO (ESTACA Space Odyssey), les étudiants peuvent mettre en pratique tout au long de l’année la théorie apprise en cours, en concevant, fabricant et lançant des fusées expérimentales.

La conquête spatiale s’inscrit à l’international. Les deux acteurs principaux sont les Etats-Unis et l’Europe, la France se démarquant avec Arianespace entre autre. L’industrie spatiale représente 260,5 milliards de dollars de chiffre d’affaires et devrait atteindre 1,100 milliards de dollars en 2030 et devrait continuer à augmenter par la suite.

Terminales S et STI2D : comment et pourquoi rejoindre l’ESTACA ?

Rejoindre l'estacaVous passez votre Bac S ou STI2D cette année et vous souhaitez intégrer l’ESTACA ? Vous pouvez vous inscrire sur le portail parcoursup.fr et faire le choix des formations que vous souhaitez présenter jusqu’au 14 mars inclus.

La sélection des candidats pour l’ESTACA se fait par le concours AVENIRBAC, concours commun à huit écoles d’ingénieurs post-bac : vous pouvez choisir une ou plusieurs écoles du concours AVENIR, cela représentera un seul vœu sur le portail Parcoursup. Pour en savoir davantage sur les procédures d'admission à l'ESTACA, consultez la page Admission

Vous hésitez encore sur les écoles à privilégier ? Prenez le temps pendant les vacances de vous poser les dernières questions qui vous permettront de choisir les formations les plus adaptées à votre projet professionnel. N’hésitez pas à visionner les témoignages de nos étudiants et jeunes ingénieurs pour comprendre de l’intérieur ce que fait un ingénieur ou comment se déroule la formation à l’ESTACA

10 BONNES RAISONS DE REJOINDRE L'ESTACA

  1. Car c’est la seule école spécialiséequi forme aux 4 filières du transport : Automobile, Aéronautique, Spatial et Ferroviaire - des secteurs qui font partie des plus porteurs aujourd’hui pour l’emploi des jeunes ingénieurs
  2. Car elle propose une formation innovanteà la pointe de la pédagogie et des technologies
  3. Car elle est très reconnue par les professionnelsdu secteur des transports
  4. Car 8 étudiants ESTACA sur 10trouvent un emploi avant d’être diplômés
  5. Car à l’ESTACA, les fillesaussi sont passionnées d’automobile
  6. Car la formation est ouverte sur le monde, pluriculturelle et multinationale
  7. Car les activités associatives s’inscrivent dans les objectifs pédagogiques.
  8. Pour ses enseignants-chercheursqui œuvrent pour des transports + verts et + intelligents
  9. Car les 2 campus travaillent en partenariatavec les entreprises et PME locales
  10. Car l’Ecole forme une nouvelle génération d’ingénieursprêts à innover pour les transports durables de demain

http://www.estaca.fr/ecole-ingenieurs/10-bonnes-raisons-de-choisir-estaca.html

 

Conférence sur le Design Thinking pour les étudiants du campus Ouest

design

L’objectif des conférences proposées aux étudiants est de mieux comprendre l’environnement professionnel dans lequel ils vont évoluer en tant qu’ingénieur.

En novembre, une initiation au Design Thinking était proposée par Florent Orsoni, Directeur Ville Durable Design Lab à l’Ecole de Design de Nantes. Le ‘Design Thinking’ est une démarche utilisée par les designers face à un projet d’innovation. Il s’appuie sur un processus de co-créativité impliquant des retours de l’utilisateur final.

Il s’agit par exemple de mettre en place une équipe pluridisciplinaire, qui rassemble des ingénieurs, des designers, des commerciaux, des communicants et des consommateurs ou usagers pour trouver collectivement une solution à une problématique donnée. Le design thinking permet ainsi de résoudre des problèmes en partant des besoins des utilisateurs

C’est devenu une discipline de management stratégique pour l’entreprise qui réfléchit à son avenir : discipline de management parce qu’il s’agit de fédérer les femmes et les hommes autour d’une projection sur les usages et les marchés à venir et discipline stratégique parce que la création et l’innovation sont les leviers adéquats pour une structure qui doit s’adapter au changement, aux mutations industrielles, à l’internationalisation et la globalisation de l’économie et des cultures.

Développer des sièges d’avion connectés en 5e année

zoom2

Des étudiants en 5ème année aéronautique, spécialisation Transports Connectés et Intelligents, travaillent sur un projet de sièges d’avions connectés avec l’entreprise Zodiac Aerospace Seats. Leader mondial d’équipements et systèmes aéronautiques pour avions commerciaux, régionaux, d’affaires ou d’hélicoptères, le Groupe Zodiac Aerospace, filiale de Safran, est un acteur majeur de la sécurité aéronautique et de la télétransmission. 

L’objectif du projet mené par les étudiants est de proposer un système de ceinture connectée pour des sièges d’avions afin de renforcer la sécurité passager et la maintenance prédictive. Le siège, muni de capteurs, devra pouvoir détecter si le passager est bien assis, si la ceinture est bien bouclée, tendue, non endommagée… Si ce n’est pas le cas, un message sera envoyé en cabine pour permettre au personnel de bord de réagir.

Les étudiants pourront tester leur système sur sièges en conditions réelles et présenteront une version démonstrateur pour fin janvier 2019 au département innovation de Zodiac Seats France. Ce système pourra être industrialisé à court terme afin d’équiper de futurs appareils.

Travailler dans l’aéronautique, un secteur dynamique et innovant

zoom

Le marché de l’aéronautique mondial se porte bien : les constructeurs pensent doubler leurs flottes d’ici à 2020, le trafic aérien ne cesse d’augmenter, les avions vieillissants doivent être remplacés, etc. Selon une étude récente réalisée par Teal Group et AeroDynamic, la France tire bien son épingle du jeu et reste numéro deux mondial derrière les Etats-Unis et devant la Chine. « En 2018, l'industrie aéronautique française devrait poursuivre sa croissance ininterrompue depuis 2009, notamment en recrutements, après une année 2017 "record" en termes d'activité, à 64 milliards d'euros (+6 %) », annonçait le président du Gifas (Groupement des Industries Françaises Aéronautiques et Spatiales).

Tous les enjeux d’avenir se portent sur la mutation du secteur et sa transformation numérique. L’innovation est au cœur des stratégies : réduction de l’empreinte environnementale des avions, allégement des appareils, réduction de la consommation de carburant ou encore hybridation des moteurs, développement et intégration des commandes électriques, etc.

Etre ingénieur dans l’aéronautique, c’est travailler à la conception ou à l’exploitation des aéronefs (avions, hélicoptères, ballons, drones) et des systèmes embarqués. Cela peut être assurer la conduite technique de programme de développement, réaliser des essais au sol ou en vol, développer les méthodes de production, optimiser les processus qualité, prospecter et négocier les contrats.

 

Les étudiants ESTACA en aéronautique sont formés pour ça. Ils intègrent la filière aéronautique dès la deuxième année du cursus en 5 ans et acquièrent une connaissance approfondie du secteur pendant 4 ans. 12 mois de stages et une période à l’international viennent consolider leurs compétences et leur projet professionnel. Les entreprises partenaires le disent,  ils les apprécient car ils sont parfaitement opérationnels à la sortie de l’Ecole. D’où l’intérêt que portent les industriels aux diplômés ESTACA et l’excellent taux de placement constaté : ils sont tous en activité dans les 2 mois qui suivent la fin de leurs études (enquête CGE 2018).

Alors, si l’aéronautique est le secteur que vous rêvez d’intégrer, l’ESTACA vous aidera à déployer vos ailes.

Les filles ESTACA à l’honneur sur le Mondial de l’Auto

mondial elles bougentPour cette 120ème édition, l’ESTACA était présente au Mondial de l’Auto 2018 à la Porte de Versailles à Paris. Le Mondial est l’un des rendez-vous majeurs parmi les grands salons autos dans le monde. Cette édition fut riche en évènements qui ont mis les filles ESTACA à l’honneur.

Les entreprises du secteur auto ont besoin de développer la mixité dans leurs équipes car avec plus de femmes dans les équipes, un meilleur équilibre s’instaure et une plus grande efficacité est remarquée. Elles souhaitent donc développer le recrutement de femmes ingénieurs. Pour susciter des vocations et valoriser le rôle des femmes ingénieurs plusieurs évènements étaient organisés sur le Mondial. Les filles de l’ESTACA étaient bien sûr au rendez-vous :

 Lancement du label Mondial Women

Mondial Women est un label fédérateur, associant les organisations qui participent à la promotion des femmes dans l’auto, la moto et la mobilité. Le 4 octobre au soir, un « talkshow » était organisé avec une douzaine de femmes inspirantes. Parmi elle, Sarah Cromer, étudiante en 4ème année à l’ESTACA. Retrouvez l’évènement sur : https://www.autoplus.fr/citroen/actualite/Mondial-Women-Paris-Conference-Video-Salon-Paris-2018-Auto-1531806.html (Intervention de Sarah Cromer à 2:05:24)


Evénement « Connected to mobility » Elles bougent

Elles bougent, l’association dont l’objectif est de transmettre la passion et de susciter des vocations chez les lycéennes a organisé une après-midi pour faire découvrir les métiers passionnants d’ingénieures et techniciennes. Cinq marraines étudiantes ESTACA, ont accompagné et guidé des jeunes lycéennes sur le salon pour leur donner envie de s’orienter vers des carrières scientifiques et techniques. Une conférence était organisée en fin de journée pour présenter différents parcours de femmes dans le monde de l’auto. Solenn Macé, étudiante en 5ème année et en alternance chez Bertrandt, est intervenue pour présenter son parcours à l’ESTACA.

Les rencontres FACE/Valeo

FACE, club d’entreprises de la collectivité de Saint-Quentin-en-Yvelines, membre du réseau national de la Fondation Agir Contre l’Exclusion, a pour mission de fédérer et d’accompagner les acteurs économiques dans leur engagement sociétal. Elle est spécifiquement engagée sur la sensibilisation des jeunes filles sur les métiers scientifiques. L’ESTACA collabore depuis deux ans avec FACE et cette année, un projet avec Valeo a été mis en place : des rencontres seront organisées chaque mois tout au long de l’année entre un trinôme salariée Valeo/étudiante Estaca /lycéenne le jeudi après-midi. La première rencontre se tient le jeudi 11 octobre sur le Mondial.

Un premier mois riche en découvertes pour les nouveaux élèves

associations

Trente jours pour découvrir l’ESTACA, mettre en place de bonnes habitudes académiques, découvrir les activités associatives et de nouveaux copains dans sa promo ! 

Après le concours Avenir, les épreuves du BAC, le dévoilement des résultats au compte-gouttes sur Parcoursup et des vacances bien méritées, c’est enfin l’arrivée dans l’Ecole de ses rêves, l’ESTACA:

Intégrer une école post Bac spécialisée dans les transports : ESTACA !

Dès le jour de la rentrée, les BDE (Bureau des Elèves) étaient aux côtés de la Direction de l’Ecole pour accueillir les nouveaux élèves, au programme: petit déjeuner d’accueil, présentation de la vie associative, visite de l’Ecole et barbecue à Laval .

Pour ce premier mois, la formation a bien sûr donné le rythme avec des cours qui ont vite démarré dans une dynamique très différente de celle du lycée . C’est aussi le moment où les élèves ont pris en main la plateforme d’apprentissage numérique Open School ESTACA où ils trouvent des supports de cours, des tests en lignes, des vidéos , des espaces d’échange avec les enseignants.

Qui dit nouvelle école, dit aussi Intégration et découverte de la vie extra-scolaire. Les BDE Flashback sur le campus Paris-Saclay et O del Pepez sur le campus Ouest ainsi que les associations ont animé ce premier mois afin de créer une cohésion entre tous les élèves. Ils ont organisé des défis sportifs, olympiades, danse et autres activités lors du rallye des associations et de la journée d’intégration. Une semaine associative a aussi permis à toutes les associations de se présenter et de recruter de nouveaux membres.

Cette année, l’Ecole a profité de cette période pour mettre en place une campagne de sensibilisation sur le harcèlement et les addictions. Posters, vidéos et intervention dans les campus ont été portés par un groupe d’étudiants sensibles à ces questions.

Campus Ouest à Laval


Capture videoLaval

Campus Paris-Saclay à Saint-Quentin-en-Yvelines

Renouvellement de la chaire Systèmes d’Eclairage Embarqués (ELS)

Actu chaire ELSLe 2 octobre tous les partenaires de la Chaire ELS (Embeded Lighting Sytem) étaient rassemblés sur le stand ESTACA au Mondial pour signer le renouvellement du partenariat pour trois ans. Gilles Le Borgne, Directeur de la Qualité et Ingénierie chez PSA, Gaspar Gascon, Directeur Ingénierie chez Renault, Christophe Le Ligné Directeur R&D Visibilité chez Valeo, Loïc Chapon, directeur général de Bertrandt France étaient notamment aux côtés des directeurs et présidents des trois écoles partenaires de la Chaire : Institut d’Optique, Strate et ESTACA.

Les trois premières années ont surtout été consacrées au développement de l’axe formation, avec notamment la création du Mastère Spécialisé qui a diplômé 28 étudiants venant de Chine, Inde, Japon, France, etc. Les trois prochaines années seront dédiées au développement de l’axe Recherche et Innovation. ELS veut en effet devenir un centre de compétences, faisant référence en terme d’études sur le secteur de l’éclairage embarqué. Plusieurs études sont en cours, certaines en coopération avec des universités telles que le KIT (Karlsruhe Institute of Technology). Sur l’axe de l’innovation, un partenariat avec la filière Innovation Entreprenariat de l'Institut d’Optique, permet à 12 étudiants de réfléchir à des produits et services innovants dans le cadre de l'Incubateur de Start-ups, le 503.

Par ailleurs, un summer camp devrait être proposé à l' ESTACA l’été prochain. En matière de de formation, la chaire va développer la digitalisation et l' ADAS pour s’adapter à la demande d’experts dans le domaine.

Nouveau programme ingénieur sur les véhicules autonomes

Actu vignette autonome 18 19Afin de répondre aux besoins exprimés par la filière automobile, ESTACA lance un nouveau diplôme d’ingénieur en formation continue sur les véhicules et systèmes autonomes et connectés. Ce programme en alternance a été créé en collaboration avec l’institut VEDECOM, le pôle de compétitivité Moveo et des partenaires industriels tels que Renault, PSA, Valeo, et la PFA. Elle s’adresse à des professionnels titulaires d’un Bac+2/ Bac+3 technologique ou équivalent qui doivent également justifier d’une expérience professionnelle de 3 ans minimum.

Le programme a pour principal objectif de former des ingénieurs capables de concevoir des solutions innovantes pour répondre à l’évolution technologique du secteur des transports et des nouvelles mobilités, notamment dans les domaines de l’intelligence artificielle, l’internet des objets (IoT,), le Big Data, la Cyber-sécurité, l’optimisation et l’aide à la décision

Le programme de cette formation abordera 7 grands axes:

  • Sciences humaines & sociales ;
  • Fondamentaux du véhicule automobile ;
  • Motorisations ;
  • Informatique, numérique et réseaux ;
  • Véhicule autonome et communiquant ;
  • Systèmes et réseaux embarqués ;
  • Nouvelles technologies.

Pour plus d’info sur le communiqué de presse

Le Ferroviaire : une filière qui réserve de belles carrières

News juin 2018 2

En France comme à l’International, les ingénieurs spécialisés dans le domaine des transports guidés et ferroviaires ne sont pas assez nombreux

TGV, tramways, métros automatiques, remontées mécaniques, manèges, sont autant de modes de transports guidés et ferroviaires malheureusement méconnus qui offrent de beaux défis à ceux qui ont le goût du challenge technologique. Ce secteur souffre parfois d’une image archaïque, alors que l’innovation est, plus qu’ailleurs, au rendez-vous dans ce domaine et le savoir-faire français reconnu aux quatre coins du monde. Il offre plus débouchés que tous les autres secteurs et des carrières passionnantes en France comme à l’international. Fer de France, l’organisme interprofessionnel qui fédère l’ensemble des acteurs du rail, annonce par exemple un besoin de 1 000 ingénieurs par an pour le ferroviaire quand seulement 400 sont actuellement formés dans les écoles spécialisées. L’ESTACA est une des seules écoles en France qui propose une formation spécifiquement dédiée aux transports guidés et ferroviaires.

La filière est proposée dès la deuxième année de prépa intégrée et permet en quatre ans d’acquérir une connaissance approfondie du secteur. Grâce aux 12 mois de stages, aux projets d’études concrets, aux enseignants qui sont des professionnels en activité et aux partenariats avec des entreprises telles que SNCF, Alstom, Ikos Consulting, Keolis, les étudiants sont parfaitement opérationnels à la sortie de l’Ecole. De fait, cette filière offre le meilleur taux d’employabilité avec 91% des diplômés en activité avant l’obtention de leur diplôme et 100% dans les 2 mois qui suivent celui-ci, tous en CDI. Sans oublier les activités extra-scolaires et l’émulation entre étudiants passionnés par les trains, tramways et autres véhicules filaires ou sur rail: l’association ESTATRAIN organise ainsi des visites de sites, un voyage d’études sur le salon international Innotrans à Berlin pour tous les étudiants de 4e année et a conçu et construit un simulateur de conduite de TGV.
Alors, avis aux amateurs de défis et de challenges pour l’avenir : leferroviaire vous attend !

S’immerger dans la conduite de TGV en TP ferroviaire

vignette Actu projet sardine18« Fin d'année oblige, aujourd'hui les étudiants de 2ème année sont, le temps d'une matinée, plongés dans la peau d'ingénieurs d'essais, à l'occasion du 4eme TP de leur cours d'initiation ferroviaire. », post Facebook du projet Sardine du 28 avril 2018

Lancé en 2015 par l’association ESTATRAIN, le projet SARDINE (Simulation de la réAlité de l’InfRastructure ferroviaire et de la Dynamique des traIns eN mouvEment) est aujourd'hui devenu un outil qui permet de lier la conduite ferroviaire avec ses paramètres dimensionnants. Des améliorations ont été apportés au simulateur ces derniers mois pour que l’expérience de conduite soit au plus près du réel : un pupitre modifié avec deux écrans, un robinet de frein, un manipulateur traction / freinage qui permettent une prise en main des commandes à l’identique de ce que l’on trouve dans les trains.

La reproduction sonore des moteurs de TGV, l’utilisation de données Géoportail pour représenter la topographie du terrain ou encore la projection video des images de la simulation sont autant d’éléments qui permettent une mise en situation immersive.

Semaine de mobilité pour les étudiants du groupe ISAE

actu semaine mobilite 2

Comme chaque année, les étudiants du groupe ISAE (SUPAERO, ENSMA, Ecole de l’Air) se sont retrouvés lors de la Semaine de la mobilité. Du 3 au 6 avril, plus de 330 d’entre eux ont pu y participer.
200 étudiants ESTACA de 4ème année en filière Aéronautique ont pu suivre des modules d’enseignement mis en place au sein de toutes les formations du Groupe ISAE. ESTACA a quant à elle accueilli une vingtaine d’étudiants de SUPAERO, l’ENSMA et l’Ecole de l’Air.

En parallèle, les 41 étudiants de 4ème année de la filière Spatial et 70 étudiants des autres écoles ont assisté au Séminaire ESPACE organisé à l’Ecole de l’Air à Salon de Provence. Cette année, la thématique était « Un espace, de défis ». Ils ont ainsi pu découvrir, au travers de conférences et de tables rondes, les défis actuels et futurs auxquels font face les acteurs du secteur spatial : une occasion de débattre et d’être innovant lors des réflexions qu’ils ont été amenés à partager au cours des travaux en groupe. De nombreux intervenants de haut niveau, civils et militaires, ont apporter leur expérience et leur éclairage pendant ces quatre journées riches d’enseignements et de débats.

Cette semaine permet d’accroître l’offre de formation proposée aux élèves des quatre écoles et de favoriser les échanges entre les étudiants.

Se former au cœur du monde industriel

vignette ACTU Se former 2018treize entreprises mobilisées pour accueillir les étudiants de 3e année

La proximité avec les entreprises est l’une des forces de l’ESTACA. L’objectif est de permettre à chaque étudiant d’acquérir des connaissances concrètes en phase avec les problématiques actuelles du monde industriel. Stages en entreprises, enseignants issus en grande majorité du monde professionnel, projets proposés par des industriels, et visites de sites sont autant de moyens d’être formés au cœur des défis concrets de l’industrie des transports.

Pour comprendre la réalité du métier d’ingénieur de l’intérieur, l’Ecole organise aussi des cours au sein des entreprises, c’est notamment le cas pour les étudiants en 5e année qui partent une semaine à Toulouse. Le 22 mars dernier, ce sont tous les étudiants de 3e année du campus Paris-Saclay qui ont bénéficié d’une demi-journée de visite de sites industriels. Treize entreprises les ont accueilli par petit groupe : Alstom, RATP Dev, Valeo (2 sites), la DGA (Direction Générale de l’Armement), Hutchinson, Sogeti High Tech, Sopra Steria, G2métric, FEV, Airbus Defence and Space, Heli-Union, ADP/AFMAE et ONERA.

Ces visites leur ont permis de découvrir le fonctionnement des entreprises et les dernières innovations sur lesquelles ils seront amenés à travailler. Les industriels ont en effet ouvert les portes de leurs laboratoires, centres de recherche, aérodrome, soufflerie, Digital’Lab, salles de réalité virtuelle, etc. Ces visites sont un complément concret des notions abordées en cours. Elles sont aussi l’occasion d’échanges directs avec des professionnels à travers la présentation des différents types de métier d’ingénieurs, des opportunités derecrutement et de stages et d’exemples de parcours d’anciens ESTACA en activité au sein de ces entreprises.

Des visites de site ont été proposées cette année aux étudiants de 4e et 3e année sur les deux campus ESTACA, grâce au soutien des entreprises partenaires et à l’investissement de leurs équipes mobilisées sur ces évènements.

Un grand merci à eux !

Les étudiants ESTACA partagent leur passion, découvrez leurs tutos !

vignette Tuto asso mars18Les étudiants qui portent les projets associatifs ou académiques ont du talent et savent en faire profiter tout le monde !
Certains partagent leurs connaissances et savoir-faire via internet et les réseaux sociaux.

ESTACA Modélisme vous donne les clés pour construire un drone low-cost grâce à ses tutos :

ESTACARS avec sa mini-série « Retour vers le futur » vous raconte l’histoire de la voiture électrique et les spécificités de ces vecteurs d’innovation. Découvrez les deux premiers épisodes :

ESOCET est un module de guidage pour la fusée à eau d’ESTACA Space Odyssey (ESO). Grâce à ces 4 vidéos, vous pourrez suivre pas à pas la réalisation du module (conception mécanique, électronique, fabrication et algorithmes de guidage.)

Une semaine d’immersion dans une célèbre écurie de course automobile

vignette ACTU Dams mars18Les étudiants qui ont choisi l’option « Sport Automobile » ont effectué une semaine d’immersion dans la célèbre écurie de course automobile Dams, près du circuit du Mans. Cette option, complémentaire à la formation automobile ESTACA, permet d'appréhender les concepts propres à ce sport de haut niveau. Après une première expérience chez Spark Racing Technology, société française spécialisée dans la conception et la construction de systèmes hybrides et électriques, l’année dernière, les étudiants ont pu découvrir cette année les missions au sein d’une écurie de course.

Au programme de cette semaine d’immersion : échange avec les ingénieurs, formation sur l’acquisition de données, simulateur, dynamique de véhicules, outils de l’ingénieur, initiation sur les réglages d’une voiture de course, intervention sur la relation Pilote/ingénieur, le management d’équipe dans le sport automobile et quelques conseils pour percer dans le sport automobile …

ESTACA propose à ses étudiants différents modules optionnels dans la démarche de l’individualisation des parcours. Les étudiants inscrits dans cette option sont sélectionnés sur dossier.

Cap sur l'individualisation des parcours

cours electifs newsletter 2

Une semaine de cours électifs sur les grands enjeux de la mobilité

Du 8 au 12 janvier, une semaine de cours obligatoires à la carte est proposée aux étudiants de 4ème année sur les grands enjeux technologiques et sociétaux liés aux secteurs des transports. Comment les outils numériques vont accompagner l’évolution des process industriels? Quels sont les apports et freins liés à l’usage du Big data ? Comment penser la mobilité dans les smart cities ? Autant de modules électifs sont dispensés et évalués par des professionnels en activité via une approche à la fois théorique et pratique qui prévoit des ateliers de conception, des workshops, des visites de sites, des hackatons... Cette semaine s’inscrit dans la démarche d’individualisation de la formation privilégiée par l’ESTACA pour préparer au mieux l’insertion professionnelle des étudiants.

Objectif : confronter les étudiants aux grandes transformations du secteur industriel

Cette formation obligatoire de 27 heures (2 ECTS) sur des thèmes d’ouverture transverses aux quatre filières (automobile, aéronautique, ferroviaire, spatial) est tournée vers l’innovation et les enjeux d’avenir pour entrer dans une démarche prospective qui vise à mieux appréhender l’évolution des compétences attendues par les industriels. L’objectif est de développer les capacités de réflexion sur des thématiques transverses émergentes qui impactent l’industrie de la mobilité en dépassant la dimension purement technique (prise en compte de l’enjeu dans sa globalité en abordant par exemple le marketing, management de l’innovation, design thinking, etc.). Au total, 11 modules de formation sont proposés. Tous sont dispensés par des professionnels experts dans leur domaine, qui travaillent au sein de grandes entreprises, de start-up, de collectivités ou d’écoles.

Une semaine qui s’inscrit dans « l’approche par compétences » et « l’individualisation des parcours »

L’instauration de cette semaine de cours électifs est le fruit d’une réflexion engagée par l’ESTACA sur l’évolution de son modèle de formation au regard de la transformation des métiers de l’industrie. Parmi les principes retenus pour que les enseignements dispensés restent en parfaite adéquation avec les compétences recherchées, la mise en place de parcours individualisés pour les étudiants est un axe fort. Cela s’est traduit en 2016 par la création de modules optionnels (entrepreneuriat, qualifications de pilote de ligne, sport automobile). Cette semaine de cours électifs est cette fois obligatoire pour tous les étudiants de 4e année. Elle vient ajouter une nouvelle brique pédagogique au cursus qui vise à former une nouvelle génération d’ingénieurs responsables, qui prendront pleinement part aux mutations technologiques et sociétales à venir.

Pour en savoir plus et connaître la liste des cours proposés, consultez le communiqué de presse.