bandeau Hero recherche

Projet CAPTIHV

La pollution de l’air est un problème majeur reconnu par tous. Elle est un facteur d’aggravation des maladies respiratoires et cardiovasculaires et de la mortalité (prématurée en particulier). En effet, on estime à 6,5 millions le nombre de personnes dans le monde qui meurent chaque année (18.000 par jour) en raison de la pollution de l'air liée aux activités humaines. Cela représente davantage de décès que ceux causés par le sida, la tuberculose et les accidents de la route cumulés (AIE). Par ailleurs, elle a également des conséquences sur l’activité productive, sur la richesse nationale (PIB), sur la qualité de vie, sur les finances publiques (au travers de dépenses de santé accrues) ainsi que sur le patrimoine bâti. Un rapport de l’OCDE a récemment estimé ce coût à horizon 2060 à 1% du PIB mondial, soit 2600 Mds de dollars. Les enjeux sont donc évidents et ce sujet est devenu une préoccupation majeure pour les autorités locales et les gouvernements.

Parmi les sources à l’origine de cette pollution, les transports (routiers en particulier) prennent une part importante en émettant non seulement des polluants gazeux (NO, NO2) mais aussi des particules fines et ultrafines (c'est-à-dire de taille inférieure à 100 nanomètres). Ces dernières sont extrêmement nocives puisqu’elles peuvent pénétrer très profondément dans le système respiratoire. Tous ces polluants se retrouvent aussi bien dans l’atmosphère qu’à l’intérieur des habitacles des véhicules en s’infiltrant via les systèmes d’aération et les ouvertures latérales entre autres. Notre connaissance des taux auxquels sont exposés les passagers restent encore incertains à ce jour, tout comme les facteurs contribuant à accroître cette exposition.

Description du projet

Dans ce projet CAPTIHV (Caractérisation et Analyse des Polluants issue du Transport automobile et de leur Infiltration dans les Habitacles Véhicules), financé par l’ADEME et labellisé par le pôle de compétitivité ID4CAR, nous avons deux objectifs principaux :

  • Caractériser les polluants qui s’infiltrent dans les habitacles véhicules (NOX, particules fines et ultrafines) et des gaz à effet de serre (CO2) qui peuvent s’y accumuler. Pour cela, des mesures simultanées en intérieur et en extérieur de l’habitacle seront menées en conditions réelles de roulage en région parisienne
  • Identifier des mécanismes d’infiltration des nanoparticules dans les habitacles véhicules par des études expérimentales en soufflerie.

L’ESTACA, pilote du projet, s’est alliée à 3 partenaires reconnus : Airparif, l’université de Rouen (CORIA) et l’université de Californie du Sud (Aerosol Laboratory).

logo airpariflogo corialogo aerosollablogo ademe

La durée du projet est de 3 ans (2015-2018) pour un budget global de 291k€.

Contact

  • Amine Mehel, Enseignant-Chercheur,
    +33.(0)1.76.52.11.43, Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
  • Frédéric Murzyn, Enseignant-Chercheur,
    +.33.(0)2.43.59.47.15 (bureau) / +.33.(0)2.43.59.53.92 (Soufflerie), Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.