bandeau Hero Presse
  • Liste des actualités

L'ESTACA classée 5ème au Semi-Marathon de Paris

semi-marathonDimanche 6 mars, 20 étudiants de l'ESTACA ont parcouru les 21,1km du Semi-Marathon de Paris, qui faisait cette année une boucle entre la bois de Vincennes et la Bastille.

La course comptait 30 000 participants, venus de plus de 70 pays. L'ESTACA s'est classée à la 5ème place du challenge étudiant, qui réunissait 93 écoles.

Bravo à l'équipe !!!!

Une équipe ESTACA sélectionnée au concours Fly Your Ideas d’Airbus

FYI-webLes meilleures idées au service d’une aviation plus écologique

Lancé en septembre dernier, le concours met les étudiants du monde entier au défi de développer des idées nouvelles au service d’une industrie aéronautique plus écologique. Au total, plus de 2 600 étudiants de 75 nationalités regroupés au sein de 315 équipes ont  participé à cette deuxième édition du concours. Trois équipes françaises restent en lice pour la deuxième étape du concours dont l’ESTACA représentée par cinq étudiants en 3e année à Laval.

Chaque équipe bénéficie dorénavant du soutien d’un mentor Airbus pour développer dans le détail son projet. Les cinq projets les plus attractifs seront choisis en mai et participeront à la finale qui aura lieu lors du Salon Aéronautique du Bourget en juin 2011.

Femmes ingénieur : les étudiantes de l’ESTACA loin des stéréotypes

femme_ingeDans un monde du transport généralement très masculin les étudiantes ESTACA détonnent et prouvent que les métiers qui font rêver sont aussi à la portée des jeunes filles. Deux étudiantes ESTACA se préparent à travailler dans des secteurs où les femmes sont rares : Marine Haution se destine à une carrière de pilote de chasse et Estelle Grillières s’oriente vers la compétition automobile. L’ESTACA, s’engage pour vaincre les stéréotypes et attirer les jeunes filles vers des carrières dans le secteur des transports. Les femmes y sont très minoritaires et pourtant les opportunités sont nombreuses. Pascale Ribon, directrice de l’ESTACA, est d’ailleurs « persuadée qu’elles ont leur rôle à jouer dans les nouvelles problématiques de la mobilité. Davantage de femmes à des postes clefs du secteur permettrait l’émergence de solutions innovantes pour répondre aux nouveaux défis sociaux, économiques et environnementaux. ».

Marine Haution : Devenir pilote de chasse

Marine Haution, étudiante en 4e année à l’ESTACA part à l’Armée de l’Air, pour une formation de trois ans. Son objectif : devenir pilote de chasse. Elle est la seule fille sélectionnée parmi la promotion de 17 élèves qui viennent de réussir le concours de l’Ecole  de l’Armée de l’Air  de Salon de Provence. Elle rejoint la formation d’ « Elève Officier du Personnel Navigant » au 1er mars et si tout se passe bien, elle obtiendra un double diplôme : le diplôme ingénieur ESTACA et celui d’Officier Navigant.

Chez Marine, on est pilote de père en fils mais aussi de père en fille : son père est pilote chez Air France, son frère est pilote de chasse sur le Rafale, elle suit assez naturellement la même voie sans se poser trop de question sur le fait d’être une femme. Cela ne l’empêche pas de rêver de piloter un Rafale et d’être à la tête d’un escadron dans quelques années. L’armée de l’Air propose deux sections dans sa formation : pilote transport ou pilote de chasse et c’est bien la seconde section qui intéresse Marine. Elle se prépare à faire ses trois mois de formation militaire de base jusqu’en juin puis à suivre une formation théorique pendant 9 mois avant d’entamer la formation pratique du pilotage de ligne puis de pilotage militaire pour enfin suivre la spécialisation ‘pilote de chasse’.

« J’ai depuis longtemps le projet de devenir pilote de chasse, explique Marine. Je suis rentrée à l’ESTACA avec cette idée en tête. J’ai préféré prendre le temps de mûrir mon projet en intégrant une école d’ingénieurs pour acquérir d’abord une bonne formation théorique et mettre toutes les chances de mon côté pour réussir ces trois années de formation à l’armée  de l’Air qui sont difficiles. »

Estelle Grillières, un rêve : travailler dans la compétition automobile

Estelle Grillières, étudiante en 4e année à l’ESTACA et présidente de la PV3e (Projet du Véhicule Energétique de l’Estaca), vient de postuler pour un double diplôme à l’IFP (Institut Français du Pétrole). L’ESTACA a en effet établi un partenariat avec l’IFP pour permettre à ses meilleurs étudiants de suivre le Master « Energie et Motorisations » de l’IFP parallèlement à la formation ESTACA.

Passionnée de voitures et de compétition automobile depuis toujours, Estelle a intégré l’ESTACA après deux ans de classe prépa. Elle a très vite rejoint l’une des associations phares de l’école : la PV3e qui conçoit, construit et prépare des véhicules qui participent à l’Eco marathon Shell. L’objectif de la course est loin de celui de la Formule 1 : il ne s’agit pas d’aller le plus vite mais de parcourir la plus longue  distance avec un litre de carburant. Le record de l’association est 2700 km avec 1 litre d’essence ! Estelle explique : «  même si nos objectifs ne sont pas les mêmes que ceux d’une écurie de course  et si nos moyens n’ont rien à voir, nous vivons au sein de l’association les mêmes émotions que dans la compétition automobile. Cette expérience a confirmé mon envie de travailler si possible dans ce milieu. J’adore l’ambiance des circuits mais aussi tout ce qui précède la course: préparer un véhicule c’est trouver des solutions technologiques pour toujours aller plus loin en respectant les contraintes des règlements, du budget, des  limites de temps. A chaque nouveau problème rencontré, c’est un nouveau défi à relever et j’aime ce challenge ! » Estelle souhaite se spécialiser sur les moteurs pour mettre toutes les chances de son côté pour réaliser son rêve mais aussi parce qu’elle pense que le moteur à combustion interne a encore de beaux jours devant lui et de nombreux défis à relever dans l’avenir. Et quand on lui pose la question de savoir si être une femme peut poser problème dans ce milieu plutôt masculin, elle répond que « si on a du caractère et des compétences, ce n’est pas un problème et jusqu’à présent j’y ai vu plus d’avantages que d’inconvénients ! ».

A propos de l’ESTACA Créée en 1925, membre de la Conférence des Grandes Ecoles, l’ESTACA forme des ingénieurs pour l’automobile, l’aéronautique, l’espace et les transports guidés. Le titre d’Ingénieur ESTACA est reconnu par la Commission des Titres d’Ingénieurs (CTI). L’ESTACA compte 1 450 étudiants, dont 950 sur son site parisien de Levallois et 500 sur son campus de Laval. Elle diplôme chaque année 260 ingénieurs. L’école héberge également 6 laboratoires de recherche. www.estaca.fr

L’ESTACA est membre fondateur de l’association « Elles bougent » dont l’objectif est de susciter des vocations féminines pour les métiers d'ingénieurs dans les secteurs des transports et de l’énergie. www.ellesbougent.com

Le service des stages signe un partenariat avec SEGULA

partenariat-segulaLe service des stages a signé une nouvelle convention de partenariat avec SEGULA Technologies, une société d'ingénierie spécialisée entre autre dans les transports. Outre la participation au Forum ESTACA, la diffusion d'offres de stages et d'emplois, SEGULA propose aux étudiants des "Ateliers RH", des visites de sites à l'occasion de journées portes ouvertes et l'intervention d'experts dans les cours d'éco-conception.

Les étudiants de l'ESTACA sont également invités à participer au SEGULA GAME, un concours pour lequel Jean-Charles Badoche, étudiant en 3e année a obtenu le 3e prix l'an dernier.