bandeau Hero Presse

Devenir pilote de ligne chez Air France

Brve 3 Airfrance actu

Je suis passionné d’aéronautique depuis toujours. Pour moi, il n’a jamais été question d’exercer un autre métier: j’ai toujours voulu finir dans un cockpit. 

En sortant du lycée, je ne savais pas quelle voie suivre pour atteindre mon objectif. J’ai rencontré plusieurs personnes travaillant chez Air France qui m’ont dit : « Commence par une école d’ingénieurs et le diplôme te permettra de devenir pilote ». C’est le meilleur conseil que l’on m’a donné ! J’ai choisi ESTACA car je savais que beaucoup d’anciens élèves avaient été sélectionnés pour intégrer les cadets d’Air France. C’est une des rares formations non payantes pour devenir pilote.

Dans la formation des cadets, environ 90% des profils sont des ingénieurs et ESTACA est bien représentée parmi les étudiants recrutés. La sélection comprend une série de tests : calcul mental, repérage dans l’espace, anglais, culture générale, tests psychotechniques, psychomoteurs, tests de l’attention… puis une épreuve avec une problématique à résoudre en équipe. La formation ESTACA prépare bien à ces épreuves sur le plan technique mais aussi sur le plan de l’intelligence émotionnelle qui est primordiale dans les cockpits. Certaines valeurs de l’Ecole se retrouvent du reste dans la sélection: le travail d’équipe, l’engagement, le pragmatisme… Ce sont des choses que nous vivions concrètement à l’Ecole lorsque nous travaillions sur des projets, en TP ou dans les associations. Bref je n’aurai pas réussi la sélection d’Air France sans être passé par ESTACA. 

Lorsque j’étais à l’Ecole, je faisais partie de Flying West, l’association aéronautique. Nous étions une bande de copains et nous partagions les mêmes passions. Beaucoup voulaient devenir pilotes et aujourd’hui nombreux ont intégré une compagnie. L’objectif de l’Ecole n’est pas de former des pilotes, mais ceux dont c’est l’objectif, s’ils travaillent dur et n’ont pas peur d’essuyer quelques échecs, peuvent tout à fait y arriver. Il faut y croire jusqu’au bout, ne pas abandonner. Quasiment chaque compagnie européenne à un ESTACIEN en son sein aujourd’hui. Et de mon côté je serai dans un cockpit d’A320 ou de Boeing 737 pour Air France ou Transavia d’ici deux ans. Mon rêve d’enfant sera devenu réalité !

Johan LICHTNER, ancien élève ESTACA

Mots-clés: Formation, Insertion, Aéronautique