bandeau Hero Presse

  • Lu dans la presse

Dassault Aviation : partenariat de coopération pour Euroglider

Lu dans ... bourse.challengers.fr, Octobre 2014

Dassault Aviation, l'Association Européenne pour le Développement du Vol à Voile (AEDEVV) et le Groupe ISAE officialisent un partenariat de coopération enseignement d'une durée de quatre années autour du concept 'Euroglider'. 'Cette coopération a pour finalité de faire étudier par les écoles du Groupe (ISAE-SUPAERO, ISAE-ENSMA, Ecole de l'Air et ESTACA) et avec le support de référents techniques de l'AEDEVV et de Dassault Aviation, le développement d'un planeur biplace de formation et d'entraînement de début à propulsion électrique' indique le groupe.

La filière automobile recrute, profitez-en...

Lu dans ... www.emploi-pro.fr, Octobre 2014

Par : Gwenole Guiomard

(...) En Europe mais aussi en Asie et en Amérique. Nos étudiants spécialisés dans la filière automobile trouvent facilement un emploi. Avec de forts besoins liés aux différentes mutation technologique en cours : consommation énergétique à restreindre, arrivée du véhicule intelligent. Il y a donc des deamandes des recruteurs en ingénieurs matériaux pour réduire le poids des voitures, en ingénieur mécatronique pour développer les moteurs hybrides, en ingénieur en systèmes embarqués pour stabiliser les vitesses, se garer dans conducteur ou connaître l'état de la route en aval. La voiture se transforme et cela va créer de nouveaux acteurs et de nouveaux métiers. explique Jean Le Guen.

Kevin Struyf et Didier Clément - un métier, deux époques ?

Lu dans ... Echappement, février 2014

Au sein de Citroën Racing, Didier Clément est l'un des piliers de l'équipe d'ingénieurs, tandis que Kévin Struyf vient tout juste d'intégrer cette structure. (...) Kevin : "Comme Didier, j'ai suivi une formation à l'ESTACA à partir de 2007."

 

Ingénieur, un métier d'avenir

Lu dans ... Air & Cosmos, 31 janvier 2014

Dossier par Caroline Bruneau et Jean-marc Engelhard

Un autre mot-clé réussit néanmoins à se frayer un chemin en tête du classement : 18% des jeunes élèves pensent à "ingénieur" lorsqu'on leur parle d'industrie. Le métier d'ingénieur a la meilleur image du secteur. A juste titre. les ingénieurs sont peu touchés par le chômage. Une grande partie des étudiants sont recrutés avant même la fin de leurs études.

Dossier : L'industrie aéronautique toujours créatrice d'emplois

Lu dans ... Le Journal de l'Aviation, 30 octobre 2013

Dossier par Mariama Diallo

"Les méthodes de production optimisées de l'automobile intéressent l'aéronautique. C'est pourquoi, nous avons décidé d'ouvrir nos formations dans l'automobile aux étudiants du groupe ISAE (Institut Supérieur de l'Aéronautique et de l'Espace, ndlr) souhaitant diversifier leur formation. L'objectif étant de transférer les compétences issues de l'automobile vers l'aéronautique (supply chain et conception)", indique pour sa part Pascale Ribon, la directrice de l'école d'ingénieurs spécialsite des transports ESTACA.

Opter pour la filière automobile

Lu dans ... L'Usine Nouvelle, Octobre 2013

"...Chez nos étudiants, l'automobile n'était plus vue comme un secteur employeur. Mais cela évolue. Il y a aujourd'hui de forts débouchés à l'international. Eu Europe, mais aussi en Asie et en Amérique. La voiture se transforme et cela va créer de nouveaux acteurs et de nouveaux métiers." - Jean Le Guen, responsable relations entreprises et insertions professionnelles de l'ESTACA. Google travaille ainsi sur un véhicule sans pilote. Qui aurait prédit, il y a moins de 3 ans, qu'un spécialiste de l'internet entrerait dans le secteur automobile ? C'est dire si les mutations en cours sont passionnantes et riches d'embauches.

Des postes à saisir pour les ingénieurs dans les transports

Lu dans ... Le Figaro Economie, 23 septembre 2013

Le domaine des transports s'inscrit dans le peloton de tête des secteurs qui recrutent. "Toutes les entreprises spécialisées travaillent sur un triple défi : se déplacer rapidement, en toute sécurité et facilement", affirme Jean Le Guen, responsable relations entreprises à l'Estaca.

Ingénieurs : le marché reprend du souffle

Lu dans ... Le Monde Eco et Entreprise, 17 septembre 2013

Article par Eve Royer

"Nous le constatons particulièrement dans le secteur aéronautique avec de grands programmes en cours. Avant même l'avion électrique nous travaillons sur la réduction des consommations. Ce vent frais est également ressenti dans la filière automobile" souligne Julie Granjon, responsable du recrutement de Matis Technologies.
"En 2014 nous allons recruter 500 nouveaux collaborateurs. Cela représentera une croissance d'environ 20%. Nos écoles cibles sont l'ECE, l'ESTACA, l'ENSAM mais aussi Supaéro et Supelec."

Comment les écoles d'ingénieurs s'adaptent à la demande de l'industrie

Lu dans ... Les Echos, 24 juin 2013

Article par Valérie Landrieu

"Des compétences relationnelles très fortes sont attendues par les entreprises", souligne Pascale Ribon, la directrice de l'Estaca école d'ingénieurs spécialisées dans les transports, qui a mis en place, depuis l'année dernière, un module avec jeux de rôle et débriefings post-stages.

Les meilleures formations en aéronautique

Lu dans ... L'Usine Nouvelle, 20 juin 2013

Aurélie Laize, diplômée de l'Estaca venait de terminer son stage de fin d'étude chez Eurocopter à Marignane.[...]

"A l'international, les recruteurs regardent l'expérience, et c'est justement une des forces de mon établissement de délivrer un enseignement très opérationnel avec ses nombreux stages. Ces passages en entreprise ont été réalisés dans des groupes prestigieux grâce à l'école. Chez Dassault, le réseau des anciens a joué. Pour mon stage de fin d'année, c'est la RH d'Eurocopter qui m'a contactée. Ensuite, j'ai acquis un background très solide et très complet en aéronautique. Cela m'a permis d'arriver confiante sur le marché du travail. Les universités en Amérique du Nord offrent certes une spécialité sur le secteur, mais ce n'est pas aussi poussé que dans les écoles d'ingénieurs françaises spécialisées. Enfin, mon ouverture internationale m'a également permis de me distinguer. Grâce au partenariat de l'Estaca, j'ai suivi une formation à Taïwan à l'Université nationale de Cheng Kung et une autre aux Etats-Unis, à l'Université Purdue."

La relance de l'industrie automobile passe par les écoles d'ingénieurs

Lu dans ... Economie Matin, 12 juin 2013

Le rôle d'écoles comme l'ESTACA est de donner aux étudiants les clefs pour comprendre la réalité des enjeux de la filière. Comment? En coopérant étroitement entre les écoles et les entreprises, pour identifier les métiers, les expliquer et donner des perspectives d'évolution professionnelle.

Les stages permettent de donner du sens aux études

Lu dans ...Le Journal des Grandes Ecoles et des Universités, juin 2013

Beaucoup de partenariats sont développés avec les entreprises. Les élèves ont tendance à privilégier les grands groupes, tels que Safran ou EADS pour l'aéronautique. L'ESTACA a donc développé une politique qui vise aussi à privilégier les PME, en s'associant par exemple à des pôles de compétitivité ou des centres d'excellence. L'école s'engage donc à communiquer clairement sur toutes les actions mises en place qui pourraient accompagner le futur ingénieur dans sa recherche de stage.

Des parcours diversifiés

Lu dans ...L'Usine Nouvelle, juin 2013

L'avion de demain "sera aussi plus intelligent, ajoute Marc Weber, directeur des formations à l'Estaca. L'informatique et l'électronique prenant une place grandissante dans les avions, les industries cherchent assidûment des ingénieurs électronique embarqué et des programmeurs".

Les ingénieurs aéronautiques très sollicités

Lu dans ... Le Figaro Economie, 17 juin 2013

L'engouement pour l'aéronautique est aussi bien réel côté étudiant. "Pour la première fois cette année, la filière aéronautique a attiré le plus d'étudiants, devant l'automobile qui est pourtant la spécialité historique de l'école", souligne Pascale Ribon, directrice de l'école d'ingénieurs post-bac ESTACA. Le mouvement était déjà perceptible l'année dernière avec 46% de diplômés venant de la filière aéronautique. Pour accompagner le mouvement et répondre aux attentes du marché, Pascale Ribon va ouvrir à la rentrée de septembre une spécialisation de 5e année "maintenance et exploitation" en anglais, avec une trentaine de places.